SÉNÉGAL : HOMMAGE AUX 15 JAMBAARS TOMBÉS PENDANT LES MANIFESTATIONS

by | Mar 13, 2021 | Politique

ActualitéNew

SÉNÉGAL : HOMMAGE AUX 15 JAMBAARS TOMBÉS PENDANT LES MANIFESTATIONS

by | Mar 13, 2021 | Politique | 0 comments

Hommage mérité à l’endroit de nos vaillants Martyrs. J’ai le cœur meurtri en voyant cette belle et flamboyante jeunesse crouler sous les balles de ceux-là qui devraient les protéger. Comment une forfaiture d’une rare violence, d’une ignominie et d’une barbarie humaine inqualifiables et injustifiées, a du emporter nos forces de l’ordre? Pourtant, elles sont réputées très expérimentées et aguerries dans la technique de gestion des foules. Comment auraient-elles accepté d’opérer ensemble avec des milices armées de gourdins et de fusils transportées dans des véhicules 4×4? Qui leur aurait donné l’ordre de torturer d’innocents adolescents sans défense, les mains en l’air.

Quand des milices lourdement armées opèrent ensemble avec les Forces de police nationale pour mater les manifestants

Quand des nervis s’en mêlent et opérent dans le dispositif de la police pour traquer puis attraper avant de faire subir des brimades d’une rare violence sur de jeunes innocents.

Aucune force répressive de première, deuxième et troisième catégorie ne saurait être légitime dans la répression aveugle. Car, répression ne rime pas avec légitimité. On est légitime que quand on évolue dans le droit chemin. À nos membres des forces de défense et de sécurité (FDS), face à votre peuple, vous êtes astreints à une posture de retenue et non à celle d’une cruauté humaine inexplicable.

Tuer froidement des manifestants aux bras nus, ne constituant aucun danger est vraiment lâche. Certaines images d’une cruauté humaine digne des anciennes pratiques de la diestapo. Presque toutes les chaînes de télévision du monde auront relayé ces douloureuses images.

Quand j’ai assisté à de telles scènes vraiment indignes entre sénégalais, je me suis senti meurtri en ma qualité d’ancien membre des FDS. Ma peine aura été aussi débordante quand ma fille m’interpella en me demandant : ” papa est-ce que tu faisais ça quand tu étais militaire “?

Crise politique au Sénégal

Maintenant, rien ne sera plus comme avant. La voix du peuple est la mieux indiquée à être écoutée parce que la plus autorisée. Le peuple a un pouvoir délégataire de sa confiance en choisissant un leader. Celui-ci a l’obligation d’avoir une posture d’écoute permanente envers l’autre. Il s’agit surtout de veiller sur toutes leurs préoccupations permanentes dont il a l’impératif devoir de solutionner. L’heure est de reculer pour mieux sauter.

Espérant que cette fois-ci la zone de saut sera très bien balisée et nettoyée par peur d’être impraticable. Finalement, monsieur le Président a compris. N’est-ce pas qu’un vieil adage nous l’aura déjà appris : “mieux vaut tard que jamais”. Bonne fin de deuxième et dernier mandat. Honneur et gloire à notre patrie le Sénégal. Respects et vives salutations à nos Martyrs, nos jambaars patriotes. La patrie reconnaissante. Aux forces de l’ordre de comprendre que s’approprier maladroitement la posture de gâchette facile est bannie même dans la jungle, sous peine d’être poursuivi, à fortiori dans nos sociétés civilisées.

Je suis d’autant plus meurtri que mon cœur même continue d’en pâtir, tellement le seuil de cruauté humaine a de facto atteint sa vitesse de croisière ici au Sénégal. Pourquoi toute cette haine ? Pourquoi toutes ces rancœurs et rancunes ? Pourquoi toutes ces divergences de vue et de perception dans la façon dont notre cher pays continue à être géré ? Pourquoi rester plus d’une vingtaine d’années dans le sérail gouvernemental de (2000 à 2021) et avoir parcouru des milliers de kilomètres pour tâter le pouls des Sénégalais des profondeurs, pour commencer à les comprendre ? Quel regard nos dirigeants politiques ont toujours eu à l’endroit de leur peuple ? Vice versa ? Quelles devraient être les solutions idoines à apporter urgemment pour définitivement faire disparaitre les stigmates béants incrustés dans nos consciences ?

Le peuple sénégalais vient de donner un signal fort à leurs dirigeants politiques. Peut-être, sauront-ils décoder le message avant 2024. Que leur orgueil et leur esprit surdimensionné ne les poussent à tenter à nouveau une contre-offensive pour essayer de laver l’affront.

Ndiapaly GUEYE, journaliste indépendant

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published.

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This