SAHEL : LES GROUPES TERRORISTES CHANGENT DE MÉTHODES

par | Jan 15, 2021 | Afrique, Défense, Djihadisme, Internationale, Mali | 0 commentaires

Les circonstances de la mort de quatre casques bleus ivoiriens de la Mission des nations unies au Mali (Minusma), mercredi 13 janvier, sont le témoignage que les groupes terroristes opérant dans le sahel ont changé de méthodes. Les combats directs contre les forces gouvernementales des pays du sahel, à l’effet d’occuper des espaces, ne semblent plus être leur apanage. Non seulement, ils ont pour cibles les forces onusiennes et de la mission Barkhane désormais, mais ils ont changé de tactiques de combat. Ils emploient plus des engins explosifs improvisés (IED) contre les patrouilles, en lieu et place d’affrontements ouverts.

Les soldats ivoiriens, selon la mission onusienne, ont perdu la vie à l’occasion d’une mission de reconnaissance. Le blindé dans lequel ils se trouvaient a explosé au contact d’un explosif improvisé. L’attaque a eu lieu à 95 km de Tombouctou, au nord du Mali.

Vers la fin du mois de décembre et début janvier, cinq soldats français au total ont été tués au Mali dans des conditions similaires que celles des ivoiriens de la Minusma. Leurs blindés ont été soufflés dans des explosions d’engins explosifs artisanaux.

La Minusma a perdu, depuis son déploiement en 2013, plus de 230 hommes. 145 ont perdu la vie dans des actes hostiles. Parmi ceux-ci, 59 ont été tués par des engins explosifs. Cela, par des mines improvisées frappant les véhicules ou les immobilisant dans des guets-apens, a indiqué Olivier Salgado, porte-parole de la mission.

Pierre Constantin LA FAYETTE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This