A-t-on fait le bilan de cette tragédie, avant de se jeter une fois encore dans la marre des joutes électorales ?

Des héros sont tombés les armes à la main, à travers toute la Côte d’Ivoire.
Des leaders politiques ont été faits prisonniers et non des moindres, y compris le doyen d’âge, le père Henri Konan Bédié , qui du haut de ses 86 ans a subi le courroux du régime.

Le camarade Pascal Affi N’guessan et sa famille, idem.
Le professeur Maurice Kakou Guikahue a également essuyé les affres du régime et s’est même retrouvé hors du pays pour nécessité de soins intensifs.
D’autres leaders croupissent encore dans les geôles du régime.

A-t-on fait le bilan de cette tragédie, avant de se jeter une fois encore dans la marre des joutes électorales ?
Qu’on le veuille ou pas, les options sont très limitées, soit on subit, soit par devoir, on continue ce combat contre l’adversaire qui reste réfractaire et sourd aux souffrances du peuple qu’il croit diriger et qui en réalité est pris en otage par un système dictatorial.

Alassane Ouattara n’est pas en réalité notre véritable adversaire.
J’ai attaqué cet homme depuis son accession au pouvoir dans les conditions que nous connaissons.

J’ai finalement compris qu’il a été aidé de l’intérieur par des camarades. Alassane n’a fait que profiter de nos divisions internes pour prendre le pouvoir et demeurer au pouvoir.
Mais depuis la date 31 octobre 2020, le monde a compris que cet homme n’avait aucune assise sur la Côte d’ivoire et qu’il ne pèse désormais que presque 8%. C’était une opportunité de mener ce combat jusqu’à sa chute. Mais des gens restés aphones et atones depuis plus de 9 ans, sont malheureusement sortis de leur silence pour qualifier le #CNT de structure illégale.

La question est, doit-on continuer de cohabiter et d’agir de concert dans cette union de « je t’aime, moi non plus » ?
Force est de savoir que la dynamique propulsée par le défunt conseil de la transition avait donné du sens au combat et a rapproché le peuple de nos leaders politiques. Qu’en sera-t-il désormais ?
C’est le but de mon intervention ce jour après la mort du CNT..

L’obligation d’aller vers un nouveau front, en nous éloignant définitivement des facteurs limitants comme nos camarades d’EDS, GOR et certaines brebis galeuses du PDCI comme Billon, qui en réalité, ont un agenda commun caché : Celui de servir le RHDP et non le peuple.

Sinon comment expliquer que des individus qui ont officiellement travaillé contre le Conseil National de Transition, après la longue et difficile traversée, soient revenus en moment d’accalmie et chercher à imposer leurs candidats sur toute l’étendue du territoire. Et plus grave, jusqu’à aller dire, ne pas faire alliance avec le camarade Pascal Affi N’Guessan ?

Je trouve tout cela insultant, pour tous nos morts depuis 2011, pour nous-mêmes et partant, une foutaise pour le peuple qui a longtemps cru à ces individus qui n’ont pour seul souci, leurs intérêts égoïstes.
Il est temps et grand temps que le tandem Bédié-Affi reprenne les choses en main, et avec les autres partis, pour mener le combat final.

Qu’il sache que le peuple sait désormais qui sont les vrais ennemis des ivoiriens.
Bon dimanche à tous et donnons-nous rendez-vous sur le terrain pour continuer la Désobéissance civile dans les urnes contre le RHDP et leurs complices Gor, EDS et Billon.