LIBRE OPINION: LA JEUNESSE MALIENNE VIENT DE DONNER L’ASSAUT, POUR LIBÉRER L’AFRIQUE DE SES VERMINES POLITIQUES.

par | Juil 12, 2020 | Afrique, Djihadisme, Mali | 0 commentaires

Le réveil de la jeunesse africaine. L’heure a sonné et de façon irréversible, pour que les peuples africains prennent leur destin en mains. Désormais, rien ne sera plus jamais comme avant.

Plus question à ce que les populations africaines continuent à croupir dans la déchéance, la pauvreté, l’analphabétisme, la drogue, laissées à elles-mêmes face à toutes les menaces de pandémie sans lendemains d’espoir ou d’espérance. Cette situation macabre dans laquelle les africains sont plongés voici plus d’une soixantaine d’années, n’aurait jamais pu continuer sans la complicité et la TRAÎTRISE d’une meute, d’une harde d’africains noirs comme le goudron à la solde de la puissante métropole française toujours sans état d’âme, entrain de bâillonner leur peuple sempiternellement meurtri.

Meurtri par un manque de structures sanitaires de qualité, meurtri par un manque criard d’écoles de qualité, meurtri par la faim, l’ignorance, l’insécurité galopante, meurtri par une justice INJUSTE, meurtri par l’extorsion de leurs propriétés foncières par des voyous de la république, meurtris par les vols récurrents de leurs semences agricoles par des agriculteurs du DIMANCHE PANTOUFLARDS, entre autres. Il faudrait que l’Afrique se débarrasse pour de bon de cette catégorie ou ces spécimens de citoyens très spéciaux comme ceux-là qui honteusement font la pluie et le beau temps et dont notre destin malheureusement est entre leurs mains si souillées et dont mon vécu d’humanisme et de patriote m’interdit de les citer nommément par crainte d’empoisonner ma langue.

Malheur aux esprits mal avertis de ne pouvoir être capables de décoder les signes divins. Mais Dieu notre Créateur vient de déclencher les hostilités contre toute forme d’injustices sur terre en nous infligeant une pandémie de Covid-19 qui aura et continue de gripper, paralysant même toute l’économie mondiale pour la mener vers une RÉCESSION sans précédent. Du jamais vu depuis des siècles. Quand nos politiques, voici 5 mois, n’osent plus s’aventurer à prendre les airs pour aller traiter un simple rhume, ou faire accoucher leurs épouses en occident pour l’obtention d’une nationalité du pays d’accueil, ou faire la bamboula, prétextant des missions d’affaires pour la bonne marche de leur pays respectif alors que rien ne va ni économiquement, ni socialement chez les populations et dont les bailleurs en sont très conscients. Que la Covid-19 emporte ceux-là même qui continuent à sucer le sang de leur peuple et que de nouveaux types de citoyens PANAFRICANISTES inonde tout le continent pour enfin que naissent: des institutions fortes et plus jamais d’hommes forts, l’égalité des chances entre citoyens, la citoyenneté et la bonne gouvernance surtout dans la manière de gérer toutes nos ressources halieutiques, minières, agricoles, foncières et notre HUMANISM pour enfin que la voix de l’Afrique compte dans les plus hautes instances de décisions du monde. Nations-unies, BRICS, UE, FmiBanque mondiale, Oms, Bit,…

Le président Moussa Traoré et l’Union démocratique du peuple malien (UDPM), le parti unique, dominant la politique du Mali, un pays d’Afrique de l’Ouest aux prises avec de graves problèmes économiques. À la fin des années 1980, le mouvement de contestation contre le régime autoritaire en place s’accentue et courageusement mené par les femmes maliennes en premières lignes. Attisées par la situation économique, les sécheresses et les aspirations démocratiques des maliens, des grèves étudiantes et syndicales secouent le pays. La répression est brutale, créant un climat d’instabilité qui incite les militaires à renverser Traoré le 26 mars 1991. Le général Amadou Toumani Touré assure la transition jusqu’à l’arrivée au pouvoir de façon démocratique à travers les urnes d’Alpha Oumar Konaré le 26 avril 1992 avec cerise sur le gâteau un second mandat en 1997. Voilà que les démons des instabilités institutionnelles reprennent de plus belles en Afrique et personne ne sait, surtout avec cette crise post-Covid 19, ce qui nous attend DEMAIN À L’AUBE QUAND LES COQS VONT CHANTER. Espérant que ces chants seraient bien entendus par cette vieille garde de politiciens corrompus et véreux. Des « HAS BEEN » pour tout dire. Rien ne sera désormais plus comme avant. Rien ne pourra plus jamais arrêter ces vagues déferlantes de jeunes contestataires africains qui manquent de tout: ni éducation, ni formation, ni emploi, ni……….


Ndiapaly GUÈYE, journaliste indépendant.
Email: ndiapalygueye@yahoo.fr
706422098 Mbour

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This