Bientôt les élections législatives. Au niveau des deux grands blocs politiques (RHDP /OPPOSITION) de notre pays, chacun affûte ses armes et affine ses stratégies pour un combat qui s’annonce sans pitié. L’objectif est unique, gagner pour contrôler le parlement dont on dit que c’est le deuxième pouvoir.

Si les choses semblent aisées pour le RHDP qui en plus de ses colossaux moyens financiers, a l’avantage d’être un groupe homogène avec un chef qui maîtrise parfaitement ses sujets, tel ne semble pas être le cas l’opposition actuelle. Ici, si les différents partis constitutifs ne mettent pas sous le boisseau leurs égoïsmes et suffisances au profit de l’intérêt collectif, il ne sera pas certain que l’opposition réalise son rêve de diriger le parlement pour constituer un véritable contre-pouvoir à Ouattara.

Car la méthodologie choisie au niveau de l’opposition sera forcément source de grincement de dents. La première étape concerne la sélection des candidats au niveau de chaque parti. Ici, il y aura des recalés, des frustrés. La deuxième et dernière étape sera la sélection au niveau de la plateforme de l’opposition. Ici aussi des candidats retenus par leur parti peuvent ne pas être sélectionnés. Encore un autre motif de frustration.

C’est ici qu’il faut faire appel à l’indulgence, à la compréhension et à la très grande sagesse de ceux qui ne seront pas retenus. Qu’ils ne fassent pas le jeu du RHDP en se présentant en indépendants. Pensons et jouons collectif.

Dans le même temps, le comité de sélection au niveau de la plateforme devrait veiller à instaurer un minimum d’équilibre en fonction du poids des partis politiques pour éviter toute frustration.

EXCELLENT DÉBUT DE SEMAINE À CHACUN