LE PORT DE BEYROUTH A BIEN ÉTÉ FRAPPÉ PAR UNE ARME NON CONVENTIONNELLE DE FAIBLE PUISSANCE ET À RADIOACTIVITÉ MARGINALE, LE HEZBOLLAH LIBANAIS DIVULGUE DES INFOS PRÉCISES CONCERNANT LE PORT DE HAÏFA…

par | Août 9, 2020 | Djihadisme, Internationale, Moyen Orient, Terrorisme | 0 commentaires

Le déni aura tenu quelques jours. Après moults spéculations et une dizaine d’hypothèses, une source militaire syrienne confirme une information que pratiquement tous les gouvernements détiennent : le départ de feu suivi d’une première explosion puis d’une seconde bien plus puissante au point que l’onde de choc supersonique avait soulevé une sorte de champignon ressemblant à celui d’une arme nucléaire tactique de faible puissance, ne sont pas le résultat d’un accident mais d’un acte hostile.

Le Secrétaire général du Hezbollah libanais a évoqué pour la première fois le rôle vital du port de Haïfa dans le nord d’Israël et par-dessus tous les milliers de tonnes de matières dangereuses qui y sont entreposées. Textuellement, Hassan Nasrallah a ironisé que son mouvement connaissait mieux le port de Haïfa que celui de Beyrouth. Cette déclaration publique a déclenché une alerte nucléaire en Israël.

Le port de Beyrouth a connu un départ de feu totalement inexpliqué tout près d’un entrepôt d’une grande quantité de nitrates d » ammonium saisie par les autorités libanaises il y a des années. Ce départ de feu fut exploité par les Israéliens ou leurs alliés pour y envoyer un premier missile de croisière. Le jour de cette explosion, il y avait 22 aéronefs de combat israéliens au-dessus du Liban et un nombre indéterminé de drones de reconnaissance et d’attaque. La seconde frappe fut la plus puissante. Elle a été occasionnée par une charge non conventionnelle de faible puissance (de 0.5 à 1.4 kilotonnes) et à radioactivité marginale.

Le Hezbollah libanais a ajusté sa stratégie en conséquence. Demeure le cirque des pays qui font semblant de vouloir aider le Liban alors qu’il a été mis à l’index et sous embargo durant les trois dernières années. Le Président libanais Michel Aoun refusa en conséquence toute demande d’enquête internationale au motif que celle-ci fera tout pour écarter tous les soupçons sur Israël.
La géopolitique n’est plus un art rationnel en 2020.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This