LE DISCOURS DE DONALD TRUMP AU MONT RUSHMORE

par | Juil 19, 2020 | Défense, Géopolitique, Internationale, Politique | 0 commentaires

Conflits vous propose une traduction de ce discours important de Donald Trump dans sa campagne électorale en vue de sa réélection. Plutôt que de commenter ses paroles, il nous a paru intéressant de présenter le texte de façon directe au lecteur. Ce document sera également utile pour les professeurs et les étudiants en vue de la préparation d’un cours. Il permet de comprendre les idées développées par Donald Trump durant son mandat.

De Revue Conflits 19 juillet 2020 Dans Actualités, Amérique du Nord, Démocratie 17 Minute de lecture

La version originale du discours peut être lue sur le site de la Maison-Blanche. C’est une différence notoire avec la Chine, qui ne met jamais en accès libre les discours de Xi Jinping.

Nous vous proposerons d’autres traductions de discours, de Joe Biden et de Donald Trump, afin de pouvoir suivre les élections américaines dans les textes.

LE PRÉSIDENT : Merci beaucoup à vous ainsi qu’au gouverneur Noem, au secrétaire Bernhardt – que j’apprécie beaucoup – aux membres du Congrès, les invités de marque, et un bonjour très spécial au Dakota du Sud.  (Applaudissements).

En ce début de week-end du 4 juillet, la Première Dame et moi-même souhaitons à chacun d’entre vous un très, très heureux Jour de l’Indépendance. Je vous remercie.  (Applaudissements.)

Montrons notre reconnaissance à l’armée et à la garde nationale aérienne du Dakota du Sud, ainsi qu’à l’armée de l’air américaine, qui nous ont inspiré par cette magnifique démonstration de la puissance aérienne américaine et bien sûr, notre gratitude, comme toujours, aux légendaires et très talentueux Blue Angels.  Merci beaucoup.

Envoyons également nos plus sincères remerciements à nos merveilleux vétérans, aux forces de l’ordre, ainsi qu’aux médecins, infirmières et scientifiques qui travaillent sans relâche pour tuer le virus.  Ils travaillent dur.  Je tiens à les remercier très, très sincèrement.

Nous sommes également reconnaissants à la délégation du Congrès de votre État : Sénateurs John Thune – John, merci beaucoup – Sénateur Mike Rounds – merci, Mike – et Dusty Johnson, membre du Congrès. Salut, Dusty.  Merci, Dusty.  Et tous les autres membres du Congrès qui sont avec nous ce soir, merci beaucoup d’être venus.  Nous vous en sommes reconnaissants.

Il n’y a pas de meilleur endroit pour célébrer l’indépendance de l’Amérique que sous cette magnifique, incroyable, majestueuse montagne et monument aux plus grands Américains qui n’aient jamais vécu.

Aujourd’hui, nous rendons hommage à la vie exceptionnelle et à l’héritage extraordinaire de George Washington, Thomas Jefferson, Abraham Lincoln et Teddy Roosevelt.  Je suis ici en tant que votre président pour proclamer devant le pays et devant le monde : Ce monument ne sera jamais profané, ces héros ne seront jamais défigurés, leur héritage ne sera jamais, jamais détruit, leurs réalisations ne seront jamais oubliées, et le Mont Rushmore restera à jamais un hommage éternel à nos ancêtres et à notre liberté.

AUDIENCE :  USA !  USA !  USA !

LE PRÉSIDENT : Nous sommes réunis ce soir pour annoncer le jour le plus important de l’histoire des nations : le 4 juillet 1776.  À ces mots, le cœur de chaque Américain devrait se gonfler de fierté. Chaque famille américaine devrait applaudir avec joie. Et chaque patriote américain devrait être rempli de joie, car chacun d’entre vous vit dans le pays le plus magnifique de l’histoire du monde, et il sera bientôt plus grand que jamais.

Nos fondateurs ont lancé non seulement une révolution dans le gouvernement, mais aussi une révolution dans la poursuite de la justice, de l’égalité, de la liberté et de la prospérité. Aucune nation n’a fait plus pour faire progresser la condition humaine que les États-Unis d’Amérique.  Et aucun peuple n’a fait plus pour promouvoir le progrès humain que les citoyens de notre grande nation.

Tout cela a été rendu possible grâce au courage de 56 patriotes qui se sont réunis à Philadelphie il y a 244 ans et ont signé la Déclaration d’indépendance. Ils ont consacré une vérité divine qui a changé le monde à jamais lorsqu’ils ont dit « …tous les hommes sont créés égaux. »

Ces mots immortels ont mis en branle la marche imparable de la liberté. Nos fondateurs ont déclaré avec audace que nous sommes tous dotés des mêmes droits divins – qui nous ont été donnés par notre Créateur dans le ciel.  Et ce que Dieu nous a donné, nous ne permettrons à personne de nous le retirer – jamais.

1776 a représenté le point culminant de milliers d’années de civilisation occidentale et le triomphe non seulement de l’esprit, mais aussi de la sagesse, de la philosophie et de la raison.

Et pourtant, alors que nous sommes réunis ici ce soir, il existe un danger croissant qui menace chaque bénédiction pour laquelle nos ancêtres se sont si durement battus, ont lutté, ont saigné pour s’en assurer.

Notre nation est le témoin d’une campagne impitoyable visant à effacer notre histoire, à diffamer nos héros, à effacer nos valeurs et à endoctriner nos enfants.

LE PUBLIC :  Booo –

LE PRÉSIDENT : Des foules en colère essaient de démolir les statues de nos fondateurs, de dégrader nos monuments les plus sacrés et de déclencher une vague de crimes violents dans nos villes.  Beaucoup de ces personnes n’ont aucune idée de la raison pour laquelle elles font cela, mais certaines savent exactement ce qu’elles font.  Ils pensent que le peuple américain est faible, doux et soumis. Mais non, le peuple américain est fort et fier, et il ne permettra pas que notre pays, avec toutes ses valeurs, son histoire et sa culture, lui soit enlevé.

LE PUBLIC :  USA !  USA !  USA !

LE PRÉSIDENT : Une de leurs armes politiques est « Annuler la culture » – chasser les gens de leur travail, faire honte aux dissidents et exiger une soumission totale de quiconque n’est pas d’accord. C’est la définition même du totalitarisme, qui est totalement étranger à notre culture et à nos valeurs, et qui n’a absolument pas sa place aux États-Unis d’Amérique. Cette attaque contre notre liberté, notre magnifique liberté, doit être arrêtée, et elle le sera très rapidement.  Nous dénoncerons ce mouvement dangereux, nous protégerons les enfants de notre nation, nous mettrons fin à cette attaque radicale et nous préserverons notre mode de vie américain bien-aimé.

Dans nos écoles, nos salles de presse, et même nos conseils d’administration, il existe un nouveau fascisme d’extrême gauche qui exige une allégeance absolue.  Si vous ne parlez pas sa langue, n’accomplissez pas ses rituels, ne récitez pas ses mantras et ne suivez pas ses commandements, vous serez censuré, banni, mis sur liste noire, persécuté et puni. Cela ne nous arrivera pas.

Ne vous y trompez pas : cette révolution culturelle de gauche est destinée à renverser la Révolution américaine.  Ce faisant, elle détruirait la civilisation même qui a sauvé des milliards de personnes de la pauvreté, de la maladie, de la violence et de la faim, et qui a élevé l’humanité vers de nouveaux sommets de réussite, de découverte et de progrès.

Pour rendre cela possible, ils sont déterminés à démolir chaque statue, symbole et mémoire de notre patrimoine national.

MEMBRE DU PUBLIC : Pas sous ma surveillance !  (Applaudissements.)

LE PRÉSIDENT : C’est vrai.  C’est très vrai, en fait. (Rires.) C’est pourquoi je déploie des forces de l’ordre fédérales pour protéger nos monuments, arrêter les émeutiers et poursuivre les contrevenants dans toute la mesure permise par la loi.  (Applaudissements.)

PUBLIC :  Quatre ans de plus !  Quatre ans de plus !  Quatre ans de plus !

LE PRÉSIDENT : Je suis heureux d’annoncer qu’hier, des agents fédéraux ont arrêté le chef présumé de l’attaque de la statue d’Andrew Jackson à Washington, D.C. et, en outre, des centaines d’autres personnes ont été arrêtées.

En vertu du décret que j’ai signé la semaine dernière – relatif à la loi sur la préservation et la reconnaissance des monuments des anciens combattants et d’autres lois – les personnes qui endommagent ou défigurent des statues ou des monuments fédéraux recevront un minimum de 10 ans de prison. Et évidemment, cela inclut notre beau Mont Rushmore.

Notre peuple a une excellente mémoire.  Ils n’oublieront jamais la destruction des statues et des monuments de George Washington, Abraham Lincoln, Ulysses S. Grant, des abolitionnistes, et de bien d’autres.

Le chaos violent que nous avons vu dans les rues des villes dirigées par des démocrates est, dans tous les cas, le résultat prévisible d’années d’endoctrinement extrême et de préjugés dans l’éducation, le journalisme et d’autres institutions culturelles.

Contre toute loi de la société et de la nature, nos enfants apprennent à l’école à haïr leur propre pays et à croire que les hommes et les femmes qui l’ont construit n’étaient pas des héros, mais des méchants. La vision radicale de l’histoire américaine est un tissu de mensonges – toute perspective est supprimée, toute vertu est obscurcie, tout motif est tordu, tout fait est déformé et tout défaut est amplifié jusqu’à ce que l’histoire soit purgée et que le dossier soit défiguré au-delà de toute reconnaissance.

Ce mouvement attaque ouvertement l’héritage de chaque personne sur le Mont Rushmore. Ils souillent la mémoire de Washington, Jefferson, Lincoln et Roosevelt.  Aujourd’hui, nous allons remettre les pendules à l’heure et rétablir les faits.

Avant que ces figures ne soient immortalisées dans la pierre, c’étaient des géants américains en chair et en os, des hommes courageux dont les actes intrépides ont déclenché le plus grand bond en avant que le monde n’ait jamais connu.  Ce soir, je vais vous raconter, et surtout à la jeunesse de notre nation, les histoires vraies de ces grands, grands hommes.

De la tête aux pieds, George Washington a représenté la force, la grâce et la dignité du peuple américain.  À partir d’une petite force volontaire de citoyens agriculteurs, il a créé l’Armée continentale à partir de rien et les a ralliés pour s’opposer à la plus puissante armée de la Terre.

Pendant huit longues années, pendant l’hiver brutal de Valley Forge, après de nombreux revers sur le champ de bataille, il a mené ces patriotes au triomphe ultime. Lorsque l’armée se réduisit à quelques milliers d’hommes à Noël 1776, alors que la défaite semblait absolument certaine, il prit ce qui restait de ses forces pour une audacieuse traversée nocturne du fleuve Delaware.

Ils marchèrent à travers neuf miles d’obscurité glaciale, beaucoup sans bottes aux pieds, laissant une traînée de sang dans la neige.  Au matin, ils ont remporté la victoire à Trenton.  Après avoir forcé la reddition de l’empire le plus puissant de la planète à Yorktown, le général Washington ne revendique pas le pouvoir, mais retourne simplement à Mount Vernon en tant que simple citoyen.

Lorsqu’il fut de nouveau sollicité, il présida la Convention constitutionnelle à Philadelphie, et fut élu à l’unanimité notre premier président.  Lorsqu’il se retira après deux mandats, son ancien adversaire, le roi George, l’appela « le plus grand homme de l’époque ».  Il reste le premier dans nos cœurs jusqu’à ce jour. Aussi longtemps que les Américains aimeront cette terre, nous honorerons et chérirons le père de notre pays, George Washington.  Il ne sera jamais supprimé, aboli, et surtout, il ne sera jamais oublié.

Thomas Jefferson – le grand Thomas Jefferson – avait 33 ans lorsqu’il s’est rendu au nord de la Pennsylvanie et a brillamment rédigé l’un des plus grands trésors de l’histoire de l’humanité, la Déclaration d’indépendance.  Il a également rédigé la constitution de la Virginie, et a conçu et rédigé le Statut de la Virginie pour la liberté religieuse, un modèle pour notre cher Premier Amendement.

Après avoir été premier secrétaire d’État, puis vice-président, il a été élu à la présidence. Il a ordonné aux guerriers américains d’écraser les pirates de Barbarie, il a doublé la taille de notre nation avec l’achat de la Louisiane, et il a envoyé les célèbres explorateurs Lewis et Clark dans l’Ouest pour une expédition audacieuse dans l’océan Pacifique.

Il était un architecte, un inventeur, un diplomate, un érudit, le fondateur de l’une des plus grandes universités du monde et un ardent défenseur de la liberté.  Les Américains admireront toujours l’auteur de la liberté américaine, Thomas Jefferson. Et lui aussi ne sera jamais, jamais abandonné par nous.

Abraham Lincoln, le sauveur de notre union, était un avocat de campagne autodidacte qui a grandi dans une cabane en rondins à la frontière américaine.

Premier président républicain, il est sorti de l’ombre pour accéder à de hautes fonctions, grâce à la force et à la clarté de ses convictions anti-esclavagistes.  Des convictions très, très fortes.

Il a signé la loi qui a construit le chemin de fer transcontinental ; il a signé le Homestead Act, donné à des érudits incroyables – selon une définition simple, de simples citoyens libres de s’installer n’importe où dans l’Ouest américain ; et il a mené le pays à travers les heures les plus sombres de l’histoire américaine, en donnant toute la force dont il disposait pour que le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, ne périsse pas sur cette Terre.

Il a servi comme commandant en chef des forces armées américaines pendant notre guerre la plus sanglante, la lutte qui a sauvé notre union et éteint le mal de l’esclavage.  Plus de 600 000 personnes sont mortes dans cette guerre ; plus de 20 000 ont été tuées ou blessées en un seul jour à Antietam.  À Gettysburg, il y a 157 ans, l’Union a bravement résisté à un assaut de près de 15 000 hommes et a repoussé la charge de Pickett.

Lincoln a gagné la guerre civile ; il a émis la proclamation d’émancipation ; il a mené le passage du 13e amendement, abolissant l’esclavage pour toujours et finalement, sa détermination à préserver notre nation et notre union lui a coûté la vie. Aussi longtemps que nous vivrons, les Américains maintiendront et vénéreront la mémoire immortelle du président Abraham Lincoln.

Theodore Roosevelt a illustré la confiance débridée dans notre culture et notre identité nationales. Il a vu la grandeur de la mission de l’Amérique dans le monde et il l’a poursuivie avec une énergie et un zèle extraordinaire.

En tant que lieutenant-colonel pendant la guerre hispano-américaine, il a dirigé les célèbres Rough Riders pour vaincre l’ennemi à la colline de San Juan. Il a nettoyé la corruption en tant que commissaire de police de la ville de New York, puis il a été gouverneur de New York, vice-président, et à 42 ans, il est devenu le plus jeune président des États-Unis de tous les temps.

Il a envoyé notre nouvelle grande flotte navale autour du globe pour annoncer l’arrivée de l’Amérique en tant que puissance mondiale. Il nous a donné un grand nombre de nos parcs nationaux, dont le Grand Canyon ; il a supervisé la construction de l’impressionnant canal de Panama ; et il est la seule personne à avoir reçu à la fois le prix Nobel de la paix et la médaille d’honneur du Congrès. Il était la liberté américaine pleinement personnifiée. Le peuple américain n’abandonnera jamais l’esprit audacieux, beau et indompté de Theodore Roosevelt.

Aucun mouvement qui cherche à démanteler ces précieux héritages américains ne peut avoir l’amour de l’Amérique en son cœur. Il ne peut pas l’avoir. Aucune personne qui reste silencieuse face à la destruction de cet héritage resplendissant ne peut nous mener vers un avenir meilleur.

L’idéologie radicale qui attaque notre pays progresse sous la bannière de la justice sociale.  Mais en vérité, elle démolirait à la fois la justice et la société. Elle transformerait la justice en un instrument de division et de vengeance, et elle ferait de notre société libre et inclusive un lieu de répression, de domination et d’exclusion.

Ils veulent nous faire taire, mais nous ne serons pas réduits au silence.

PUBLIC :  USA !  USA !  USA !

MEMBRE DU PUBLIC : Nous vous aimons !

LE PRÉSIDENT : Merci. Merci beaucoup. Merci beaucoup.

Nous allons dire la vérité dans son intégralité, sans excuses :  Nous déclarons que les États-Unis d’Amérique sont la nation la plus juste et la plus exceptionnelle qui ait jamais existé sur Terre.

Nous sommes fiers du fait que notre pays a été fondé sur des principes judéo-chrétiens, et nous comprenons que ces valeurs ont fait progresser de façon spectaculaire la cause de la paix et de la justice dans le monde entier.

Nous savons que la famille américaine est le fondement de la vie américaine.

Nous reconnaissons le droit solennel et le devoir moral de chaque nation de sécuriser ses frontières. Et nous construisons le mur.

Nous nous souvenons que les gouvernements existent pour protéger la sécurité et le bonheur de leur propre peuple. Une nation doit d’abord s’occuper de ses propres citoyens. Nous devons d’abord prendre soin de l’Amérique. Il est temps.

Nous croyons à l’égalité des chances, à l’égalité de justice et à l’égalité de traitement pour les citoyens de toute race, de toute origine, de toute religion et de toute croyance. Chaque enfant, de toutes les couleurs – né et à naître – est fait à l’image sainte de Dieu.

Nous voulons un débat libre et ouvert, et non des codes de parole et une culture d’annulation.

Nous embrassons la tolérance, pas les préjugés.

Nous soutenons les hommes et les femmes courageux des forces de l’ordre. Nous n’abolirons jamais notre police ou notre grand deuxième amendement, qui nous donne le droit de garder et de porter des armes.

Nous croyons que nos enfants devraient apprendre à aimer leur pays, à honorer notre histoire et à respecter notre grand drapeau américain.

Nous nous tenons debout, nous sommes fiers, et nous nous agenouillons seulement devant Dieu tout-puissant.

C’est ce que nous sommes. C’est ce que nous croyons.  Et ce sont les valeurs qui nous guideront dans nos efforts pour construire un avenir encore meilleur et plus grand.

Ceux qui cherchent à effacer notre héritage veulent que les Américains oublient notre fierté et notre grande dignité, afin que nous ne puissions plus nous comprendre nous-mêmes ni comprendre le destin de l’Amérique.  En renversant les héros de 1776, ils cherchent à dissoudre les liens d’amour et de loyauté que nous ressentons pour notre pays, et que nous ressentons les uns pour les autres.  Leur but n’est pas une Amérique meilleure, leur but est la fin de l’Amérique.

LE PUBLIC :  Booo –

LE PRÉSIDENT : À sa place, ils veulent le pouvoir pour eux-mêmes.  Mais tout comme les patriotes l’ont fait au cours des siècles passés, le peuple américain leur fera obstacle – et nous gagnerons, et gagnerons rapidement et avec une grande dignité.

Nous ne les laisserons jamais arracher les héros de l’Amérique de nos monuments, ou de nos cœurs.  En démolissant Washington et Jefferson, ces radicaux détruiraient l’héritage même pour lequel des hommes ont donné leur vie pour gagner la guerre de Sécession ; ils effaceraient le souvenir qui a inspiré ces soldats à aller à la mort, en chantant ces paroles de l’hymne de la bataille de la République : « Comme il est mort pour rendre les hommes saints, mourons pour rendre les hommes libres, tandis que Dieu marche en avant. »

Ils allaient démolir les principes qui ont propulsé l’abolition de l’esclavage en Amérique et, finalement, dans le monde entier, mettant ainsi fin à une institution maléfique qui avait affligé l’humanité pendant des milliers et des milliers d’années.  Nos opposants allaient mettre en pièces les documents mêmes que Martin Luther King a utilisés pour exprimer son rêve, et les idées qui étaient à la base du mouvement juste pour les droits civiques.  Ils détruiraient les croyances, la culture et l’identité qui ont fait de l’Amérique la société la plus dynamique et la plus tolérante de l’histoire de la Terre.

Mes chers concitoyens américains, il est temps de parler haut et fort et avec force et de défendre l’intégrité de notre pays.

AUDIENCE :  USA !  USA !  USA !

LE PRÉSIDENT : Il est temps pour nos politiciens de faire appel à la bravoure et à la détermination de nos ancêtres américains.  Il est temps.  Il est temps de planter notre drapeau et de protéger les plus grands de cette nation, pour les citoyens de chaque race, dans chaque ville et dans chaque partie de ce pays glorieux.  Au nom de notre honneur, au nom de nos enfants, au nom de notre union, nous devons protéger et préserver notre histoire, notre héritage et nos grands héros.

Ici ce soir, devant les yeux de nos ancêtres, les Américains déclarent à nouveau, comme nous l’avons fait il y a 244 ans : nous ne serons pas tyrannisés, nous ne serons pas rabaissés et nous ne serons pas intimidés par des gens mauvais et méchants. Cela n’arrivera pas.

LE PUBLIC :  USA !  USA !  USA !

LE PRÉSIDENT : Nous proclamerons les idéaux de la Déclaration d’indépendance et nous ne renoncerons jamais à l’esprit, au courage et à la cause du 4 juillet 1776.

Sur ce terrain, nous resterons fermes et inébranlables.  Face aux mensonges destinés à nous diviser, nous démoraliser et nous diminuer, nous montrerons que l’histoire de l’Amérique nous unit, nous inspire, nous inclut tous et rend chacun libre.

Nous devons exiger que nos enfants apprennent une fois de plus à voir l’Amérique, comme l’a fait le révérend Martin Luther King, lorsqu’il a déclaré que les fondateurs avaient signé « un billet à ordre » pour chaque génération future. Le Dr King a vu que la mission de justice exigeait que nous embrassions pleinement nos idéaux fondateurs. Ces idéaux sont si importants pour nous – les idéaux fondateurs.  Il a appelé ses concitoyens à ne pas détruire leur héritage, mais à être à la hauteur de leur héritage.

Par-dessus tout, nos enfants, de toutes les communautés, doivent apprendre qu’être américain, c’est hériter de l’esprit des personnes les plus aventureuses et les plus confiantes qui aient jamais marché sur la surface de la Terre.

Les Américains sont ceux qui ont poursuivi notre Destin manifeste à travers l’océan, dans les régions sauvages inexplorées, sur les plus hautes montagnes, puis dans le ciel et même dans les étoiles.

Nous sommes le pays d’Andrew Jackson, d’Ulysses S. Grant et de Frederick Douglass. Nous sommes le pays de Wild Bill Hickock et de Buffalo Bill Cody. Nous sommes la nation qui a donné naissance aux frères Wright, aux Tuskegee Airmen Harriet Tubman, Clara Barton, Jesse Owens, George Patton – le général George Patton – le grand Louis Armstrong, Alan Shepard, Elvis Presley, et Mohammad Ali. Et seule l’Amérique aurait pu les produire tous.  Aucun autre endroit.

Nous sommes la culture qui a construit le barrage Hoover, tracé les autoroutes et sculpté la ligne d’horizon de Manhattan.  Nous sommes le peuple qui a rêvé d’un rêve spectaculaire – il s’appelait : Las Vegas, dans le désert du Nevada ; qui a construit Miami à partir du marais de Floride ; et qui a gravé nos héros sur le visage du Mont Rushmore.

Les Américains ont exploité l’électricité, divisé l’atome, et donné au monde le téléphone et l’Internet. Nous avons colonisé l’Ouest sauvage, gagné deux guerres mondiales, fait atterrir des astronautes américains sur la Lune – et un jour, très bientôt, nous planterons notre drapeau sur Mars.

Nous avons donné au monde la poésie de Walt Whitman, les histoires de Mark Twain, les chansons d’Irving Berlin, la voix d’Ella Fitzgerald, le style de Frank Sinatra, la comédie de Bob Hope, la puissance de la fusée Saturn V, la robustesse du Ford F-150 et la puissance impressionnante des porte-avions américains.

Les Américains ne doivent jamais perdre de vue cette histoire miraculeuse. Vous ne devez jamais la perdre de vue, car personne ne l’a jamais fait comme nous l’avons fait. C’est pourquoi aujourd’hui, sous l’autorité qui m’est conférée en tant que président des États-Unis j’annonce la création d’un nouveau monument à la mémoire des géants de notre passé. Je signe un décret pour la création du Jardin national des héros américains, un vaste parc en plein air qui abritera les statues des plus grands Américains qui aient jamais vécu.

À partir de cette nuit et de cet endroit magnifique, allons de l’avant, unis dans notre objectif et dévoués à nouveau dans notre résolution. Nous élèverons la prochaine génération de patriotes américains.  Nous allons écrire le prochain chapitre passionnant de l’aventure américaine.  Et nous apprendrons à nos enfants à savoir qu’ils vivent dans un pays de légendes, que rien ne peut les arrêter et que personne ne peut les retenir.  Ils sauront qu’en Amérique, on peut tout faire, on peut être tout, et qu’ensemble, nous pouvons tout réaliser.

Élevés par les titans du Mont Rushmore, nous trouverons l’unité que personne n’attendait ; nous ferons des progrès que personne ne pensait possibles.  Ce pays sera tout ce que nos citoyens ont espéré, pendant tant d’années, et que nos ennemis craignent – parce que nous n’oublierons jamais que la liberté américaine existe pour la grandeur américaine.  Et c’est ce que nous avons :  La grandeur américaine.

Dans des siècles, notre héritage sera les villes que nous avons construites, les champions que nous avons forgés, le bien que nous avons fait, et les monuments que nous avons créés pour nous inspirer tous.

Mes concitoyens : Le destin de l’Amérique est dans notre ligne de mire. Les héros de l’Amérique sont ancrés dans nos cœurs. L’avenir de l’Amérique est entre nos mains. Et Mesdames et Messieurs : le meilleur est encore à venir.

PUBLIC :  USA !  USA !  USA !

LE PRÉSIDENT : Ce fut un grand honneur pour la Première Dame et moi-même d’être avec vous.  J’aime votre État.  J’aime ce pays.  J’aimerais souhaiter à tout le monde un très joyeux 4 juillet.  À tous, que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse vos familles, que Dieu bénisse notre grande armée et que Dieu bénisse l’Amérique. Je vous remercie beaucoup.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This