//Fin script google analytic

JOE BIDEN A-T-IL BESOIN D’UNE NOUVELLE GUERRE ?

par | Jan 16, 2021 | Corruption, Enquête, Etats-Unis, Géopolitique, Internationale, Présidentielle 2020 | 0 commentaires

Avant d’être élu président des Etats-Unis, Joe Biden a eu une vie ponctuée de drames. Erin Schafft/The New York Times/REDUX/RéA, Wirestock/Freepik.com

La victoire surprise de Donald Trump sur Hillary Clinton représentait pour Israël «perdre un ami précieux pour gagner un meilleur ami», Donald Trump, avec la couverture de l’AIPAC. Mais, après le chaos instauré par celui-ci dans la dernière étape de son mandat, Joe Biden pourrait être contraint de déclarer une nouvelle guerre au Moyen-Orient avec le double objectif d’assécher les sources d’énergie de la Chine et de diluer la stigmatisation de la division dans la société américaine.

Germán Gorraiz López, analyste politique

De Germán Gorraiz López , analyste politique

L’assassinat de John Fitzgerald Kennedy a provoqué la naissance du «Pouvoir dans l’ombre». Tous les présidents élus successifs des Etats-Unis ont été depuis retenus en otage. L’AIPAC* serait le groupe de pression pro-israélien le plus influent aux Etats-Unis avec 150 membres principaux qui se consacrent exclusivement à faire pression sur le Congrès, la Maison Blanche et tous les organes administratifs pour prendre des décisions politiques susceptibles d’affecter les intérêts de l’Etat d’Israël.

Bien que l’on ait toujours cru que l’AIPAC serait un «gouvernement virtuel» qui dirigerait à distance la politique étrangère américaine basée sur les intérêts israéliens, la réalité serait que le lobby pro-israélien a un poids réel dans les instances du pouvoir parce que les Etats-Unis et Israël ont presque toujours partagé des intérêts géopolitiques identiques depuis la fondation de l’Etat d’Israël en 1948. Les Etats-Unis compteraient sur Israël pour maintenir les Etats arabes du Moyen-Orient sous la menace constante d’attaques (tout en s’assurant qu’ils restent subordonnés à Washington) et Israël ne pourrait pas continuer à exister sous sa forme actuelle sans un soutien fort, politique et matériel qu’elle reçoit, comme indiqué par un rapport du Service de recherche du Congrès (CRS), œuvre du gouvernement des Etats-Unis intitulé Aide étrangère américaine à Israël en date du 16 novembre 2020. On y lit qu’en 2016, «les gouvernements américain et israélien ont signé leur troisième protocole d’accord (MOU) de 10 ans sur l’aide militaire, couvrant FY2019 à FY2028» et qu’ «aux termes du mémorandum d’accord, les Etats-Unis se sont engagés à fournir, sous réserve de la crédit – 38 milliards de dollars d’aide militaire (33 milliards de dollars de subventions de financement militaire étranger plus 5 milliards de dollars de défense antimissile) à Israël».

Pendant le second mandat de Barack Obama, nous avons vu la mise en scène d’un «désaccord de formes» israélo-américain avec l’ancien conseiller à la sécurité nationale du président Carter, Zbigniew Brzezinski qui dans un discours devant le Conseil national irano-américain (CANI), a déclaré: «Je ne pense pas qu’il y ait une obligation implicite pour les Etats-Unis de suivre comme une stupide mule quoi que fassent les Israéliens»; «Je pense que les Etats-Unis ont le droit d’avoir leur propre politique de sécurité nationale».

De plus, Zbigniew Brzezinski, qui a déclaré dans un entretien «je ne veux pas voir les chefs d’AIPAC dans les bureaux de la NSA, qu’ils avaient l’habitude de venir comme ça», serait en désaccord avec les lobbies néo-conservateurs républicains et juifs américains et il aurait discrédité la myopie géostratégique des deux groupes de pression en déclarant qu’ «ils sont tellement obsédés par Israël, le golfe Persique, l’Irak et l’Iran que ils ont perdu du point de vue de la situation mondiale: la vraie puissance dans le monde est la Russie et la Chine, les seuls pays ayant une réelle capacité de résistance aux États-Unis et à l’Angleterre et sur lesquels ils devraient concentrer leur attention». Le Point avait d »ailleurs écrit: «Dans son livre, l’ancien conseiller de Carter affirme que la région du globe la plus importante stratégiquement est l’Eurasie (Europe et Asie)».

Joe Biden a-t-il besoin d’une nouvelle guerre? L’Iran a acquis une dimension de puissance régionale grâce à la politique erratique des Etats-Unis en Irak, (fruit de la myopie politique de l’administration Bush obsédée par l’ «axe du mal») en éliminant ses rivaux idéologiques, les talibans radicaux sunnites et Saddam Hussein avec le vide de pouvoir qui a suivi dans la région, pour lequel il a réaffirmé son droit inaliénable à la nucléarisation.

Avec l’élection de Hassan Rohani, nouveau président de l’Iran, un nouveau scénario et une opportunité de résolution du conflit nucléaire américain se sont ouverts. Israël-Iran. Ainsi, il serait envisageable de reprendre l’accord de coopération énergétique de 2010 entre l’Irak, l’Iran et la Syrie pour la construction du gazoduc South Pars à Homs qui relierait le golfe Persique à la mer Méditerranée et permettrait l’arrivée du gaz iranien vers le Union européenne, relativisant l’importance stratégique de la Turquie avec le gazoduc transadriatique (TAP) ainsi que le rôle de l’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis en tant que fournisseurs de brut à l’Occident, une tentative qui sera torpillée par la Turquie, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Israël.

Le Congrès et le Sénat américains ont approuvé que «si Israël est obligé de se défendre et d’agir (contre l’Iran), les Etats-Unis seront à leurs côtés, militairement et diplomatiquement», ce qui entraînera une pression accrue du lobby pro-israélien des Etats-Unis (AIPAC) pour déstabiliser l’Iran par des méthodes rapides. Selon Veterans Today, «Israël déplace des armes de défense aérienne, de l’artillerie à longue portée, des hélicoptères et des avions de combat F-15 vers Erbil, capitale du Kurdistan irakien pour une guerre plus large contre l’Irak et l’Iran» allant contre l’Iran et la Turquie qui ont menacé de prendre des «mesures plus fortes» pour empêcher le nouveau Kurdistan de devenir le porte-avions d’Israël dans une guerre à venir contre les gouvernements chiites d’Irak et d’Iran.

(*) L’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) – est un lobby créé en 1963 aux États-Unis visant à soutenir Israël
La source originale de cet article est Observateur continental
Copyright © Germán Gorraiz López , Observateur continental , 2021

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This