HILLARY ET LES DÉMOCRATES VONT-ILS OBTENIR LA GUERRE CIVILE QU’ILS ESSAIENT DE PROVOQUER ?

par | Sep 1, 2020 | Etats-Unis, Géopolitique, Internationale | 0 commentaires

Par The Saker.

Si vous ne l’avez pas déjà vu, regardez cette vidéo d’Hillary Clinton déclarant, je cite, « Joe Biden ne devrait céder en aucune circonstance » :

Play
previous arrownext arrow
Slider

« Aucune » signifie « aucune ». Cela inclut le cas (certes hypothétique) où Trump gagne clairement par une large avance. Encore une fois, « aucune » ne signifie « aucune ».
Cela implique directement que les Démocrates devraient reprendre la Maison Blanche par tous les moyens et dans toutes les circonstances.
C’est aussi un appel direct à saboter la démocratie américaine qui, aussi imparfaite qu’elle soit, est la seule option basée sur l’État de droit actuellement disponible pour le peuple des États-Unis.
Cela entraînera-t-il une guerre civile ?
C’est peu probable, car pour qu’il y ait une guerre civile, il faut au moins deux parties crédibles capables de coordonner les attaques et les opérations défensives, au moins à l’échelle régionale. Je ne vois pas cela aux États-Unis.
Mais je ne vois pas comment on peut éviter la violence (parfois grave) et le chaos politique au niveau local/régional.
Nous savons déjà que les Démocrates n’accepteront jamais une victoire de Trump.
Nous savons également que les partisans de Trump affirmeront qu’on ne peut pas faire confiance à l’USPS pour le vote par correspondance (je suis tout à fait d’accord avec eux, l’USPS est l’un des pires services postaux de tous les pays développés de la planète).
Ensuite, il y a le problème suivant : alors que les services de police sont « définancés » et que les policiers démissionnent en masse (et je ne peux certainement pas les blâmer !), les simples citoyens devront de plus en plus se protéger, ce que beaucoup d’entre eux peuvent faire, mais le problème ici est que ces citoyens sont ensuite inculpés alors que les voyous de BLM et/ou Antifa se promènent librement, même s’ils ont attaqué les premiers.
Dans certains États américains (comme la Floride, Dieu merci !), les shérifs locaux se tiendront aux côtés de leurs citoyens et les autorités locales ne poursuivront pas ceux qui ont eu recours à la force meurtrière pour se défendre contre une courte liste de crimes commis par la force (notamment les violations de domicile, les vols de voiture, les viols, etc.). Écoutez cette sélection de shérifs de Floride :

Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider
Je réside en Floride depuis 18 ans maintenant et je peux sincèrement dire que je ne recommande pas à BLM/Antifa de tenter de piller ou de provoquer des émeutes en Floride, car ils seront confrontés à une force considérable et à un système juridique qui favorise fortement le citoyen respectueux des lois, notamment dans les cas de légitime défense.
Mais dans les États du Nord !
Jusqu’à présent, si je ne me trompe pas, la plupart des émeutes ont eu lieu dans les États du Nord (Atlanta est dans le Sud, mais ce n’est pas non plus vraiment une « ville du Sud » puisqu’elle est dirigée par des sympathisants de BLM/Antifa ; on pourrait dire la même chose de Miami, d’ailleurs).
Ce n’est probablement pas une coïncidence. Et cela n’a rien à voir avec le « racisme du Sud » (selon mon expérience, les habitants du Sud ne sont pas plus racistes que ceux du Nord), mais bien plus avec une culture de l’autodéfense, ancrée dans la terre, qui fait que les habitants du Sud sont beaucoup plus susceptibles « d’accrocher les wagons » et d’agir ensemble.
Et bien que je n’aie jamais cru aux arguments (plutôt idiots) selon lesquels « les armes protègent le peuple de la tyrannie » (les tyrans ont généralement des forces entraînées et professionnelles qui peuvent faire de la viande hachée de n’importe quel civil armé !), je crois que des citoyens armés peuvent très efficacement arrêter les émeutes de voyous (il suffit de se rappeler comment les Coréens de L.A. se sont défendus eux-mêmes et leurs magasins pendant les émeutes de L.A.).
Heureusement, les États du Sud sont beaucoup plus fidèles à la Constitution américaine que les États du Nord qui ont « castré » le 2e amendement « par mille coupes (législatives) » (il y a, bien sûr, des exceptions).
Cela n’est pas très connu, mais dans environ 25 à 30% des cas ou des vols à main armée commis par des voyous, leurs armes ne fonctionnent pas ou sont fausses. Souvent, leurs munitions sont également nulles (soit en mauvais état, soit totalement inadéquates). Pourquoi ? Parce que les criminels sont trop stupides et trop radins pour investir dans des armes à feu et une formation de qualité. Par conséquent, si des voyous de BLM/Antifa tentent de prendre d’assaut un quartier résidentiel ou une petite ville du Sud, ils risquent d’être « accueillis » par une puissance de feu très compétente.
Je pense qu’il est assez clair que l’État Profond des États-Unis et le Parti Dem utilisent BLM/Antifa comme des fantassins pour créer le chaos et se préparer à une violence encore plus grande si Trump gagne. Il y a également des signes que la direction du Parti Démocrate ne veut pas laisser Joe Biden (totalement sénile) s’opposer à Trump dans un débat. Voici un extrait d’un rapport de ZeroHedge :
« Je ne pense pas qu’il devrait y avoir de débat », a déclaré Pelosi jeudi, un jour après que le Président Trump ait exigé que Biden passe un test de dépistage de drogue avant la confrontation entre les deux candidats. « Je ne légitimerais pas une conversation avec lui – ni un débat sur la présidence des États-Unis », a-t-elle ajouté. Pelosi a déclaré que Trump avait été « honteux » lorsqu’il avait « poursuivi » Hillary Clinton lors du débat de 2016 en marchant près d’elle, et qu’il agira probablement « d’une manière qui est indigne de la présidence ».
Le message est clair : nous ne reconnaissons pas Trump comme un adversaire légitime et s’il gagne, ce sera grâce à l’ingérence chinoise et/ou à l’ingérence russe et/ou aux « brimades républicaines » (quoi que cela signifie). Conclusion : nous n’accepterons en aucun cas une autre défaite.
Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, cela ressemble à une sédition. Voici comment Wikipédia définit ce concept :
« La sédition est une conduite manifeste, comme la parole et l’organisation, qui tend à l’insurrection contre l’ordre établi. La sédition inclut souvent la subversion d’une constitution et l’incitation au mécontentement ou à la résistance contre l’autorité établie. La sédition peut inclure toute agitation, bien qu’elle ne vise pas une violence directe et ouverte contre les lois. Les mots séditieux par écrit sont une diffamation séditieuse. Un séditieux est une personne qui s’engage dans la sédition ou qui en promeut les intérêts ».
Je ne vois aucune preuve que Trump et/ou les dirigeants du GOP soient coupables de sédition, du moins pas dans leur propre pays – en dehors, bien sûr, ils sont actuellement la force la plus subversive de la planète. En fait, je dirais qu’en dépit de toutes ces différences majeures, Trump est confronté à une situation qui n’est pas très différente de celle de Loukachenko en Biélorussie. La plus grande différence est que Trump n’est pas soutenu par Poutine. En fait, il n’est soutenu par personne (à part des cinglés aux ordres comme Jair Bolsonaro et Ivan Duque Marquez ou des prostituées bon marché comme Andrzej Duda ou Dalia Grybauskaite).
Je vois des preuves accablantes que le gang Clinton, l’État Profond des États-Unis et les (pseudo-) « élites » libérales sont tous coupables de sédition. Cette incitation à l’émeute de voyous a provoqué des événements qui auraient été impensables il y a un an à peine.
Par exemple : un Sénateur américain et sa femme ont failli se faire lyncher par une foule juste devant la Maison Blanche. Cela est-il possible ? Oui, voyez par vous-même :
Mes amis, il ne s’agit pas de l’Afghanistan ou de la République Centrafricaine. Et un sénateur est l’une des plus hautes fonctions qu’un homme ou une femme puisse exercer. Pourtant, dans la capitale de ce pays, juste devant la Maison Blanche, les policiers n’ont pas pu protéger un sénateur de la foule. Et pourtant, c’est ainsi que les grands médias ont présenté la situation : « Des manifestants confrontent Rand Paul devant la Maison Blanche après la convention républicaine
» . Depuis quand les voyous criminels qui tentent de lyncher un sénateur et sa femme sont-ils appelés « manifestants » ?! Et « confronter » ne signifie pas que le Sénateur Paul méritait d’être « confronté » d’une manière ou d’une autre.
Pouvez-vous imaginer ce que les médias auraient dit si cela était arrivé à un sénateur noir ?
Ce genre de « reportage » ne montre-t-il pas que le système politique de ce pays est en train de s’effondrer ?
Conclusion
Je ne vois pas de guerre civile aux États-Unis. Mais je pense que ce pays peut, et va probablement, se diviser en différentes zones pour ainsi dire. Dans certaines régions, l’ordre public sera maintenu, par la force, tandis que dans d’autres, quelque chose de nouveau apparaîtra : ce que les Français appellent « des zones de non-droit », c’est-à-dire des « zones sans loi » dans lesquelles les forces de l’ordre seront absentes (soit parce que les dirigeants politiques refuseront de les engager, soit parce qu’elles devront simplement se retirer sous le feu de l’ennemi). Généralement, ces zones ont une économie parallèle « au noir » qui peut rendre les gangs qui les contrôlent très riches (pensez à la Russie dans les années 1990). À terme, de nombreuses personnes fuiront ces zones et chercheront refuge dans les zones plus sûres du pays (ce processus a déjà commencé à New York).
En ce moment, il reste un peu plus de deux mois avant les élections, et je pense qu’on peut dire sans risque que la situation va se détériorer encore plus vite et beaucoup plus gravement. Le 2 novembre, le pays sera « prêt » (pour ainsi dire) à faire face à une explosion massive de violence suivie de mois de chaos.
Beaucoup voteront probablement « Trump » juste parce qu’ils croiront (à tort) qu’il est le seul homme politique qui s’opposera à ce que les Démocrates promettent de déclencher contre la majorité des « déplorables » qui veulent garder leur pays et leurs traditions. Au fond, le conflit auquel nous assistons aujourd’hui est un conflit d’identité, une chose à laquelle la plupart des gens tiennent profondément. Tôt ou tard, il y aura une riposte contre la tentative des Démocrates de transformer les États-Unis en une sorte de Wakanda libéral transgenre obèse dirigé par des escrocs, des monstres et des voyous.
Les Démocrates n’auront pas leur guerre civile – mais ils subiront le contrecoup de leurs tentatives de destruction des États-Unis.
Source : thesaker.is

Traduit par Réseau International

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This