Guinée : Alpha Condé entretient toujours le mystère

par | Juil 21, 2020 | Afrique, Politique | 0 commentaires

A quelques mois de la présidentielle du 18 octobre prochain (date proposée par la Commission électorale nationale indépendante), le Président guinéen Alpha Condé entretient toujours le mystère autour de sa candidature. Il n’a pas encore dit clairement s’il briguera un troisième mandat, ou s’il y renoncera.

Malgré ce silence, l’opposition le soupçonne de vouloir se maintenir au pouvoir, car la nouvelle Constitution adoptée en mars dernier est très ambigüe. Même si celle-ci limite l’exercice du pouvoir à deux mandats, elle n’exclut pas cependant le Chef de l’Etat sortant de la course. Pour l’opposition, Alpha Condé a mis le compteur à zéro par cette nouvelle Constitution afin de briguer un troisième mandat.

« Alpha Condé a violé son serment. Il avait juré par deux fois de respecter et de faire respecter la Constitution sur la base de laquelle, il a été élu. Il avait lui-même demandé, qu’en cas de parjure, qu’il subisse la rigueur de la Loi », a estimé le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo.

Après une interruption du fait de la crise de la pandémie du coronavirus, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), coalition de partis politiques de l’opposition et de la société civile, a repris les manifestations, le lundi 20 juillet. Au terme de ces manifestations, le FNDC a dressé un bilan de 20 blessés, dont 5 par balles durant les échauffourées avec la police. Ce bilan a été démenti par le département de la sécurité ; pour qui, aucun civil n’a été blessé.

Pour le Rassemblement du peuple guinéen (RPG), la coalition au pouvoir, les déclarations de l’opposition et ses appels à la violence sont anti-démocratique. Celles-ci, indique-t-il, sont la preuve que le FNDC est en perte de vitesse. « Un Président démocratiquement élu ne peut être chassé par un groupuscule. L’opposition s’illustre malheureusement dans la violence, parce que lorsqu’on demande aux concitoyens de manifester dans leurs quartiers, c’est une façon de semer le désordre partout. Je crois que les opposants doivent agir avec raison, parce que notre pays n’a pas besoin de trouble. Surtout à un moment où on se bat contre la pandémie de coronavirus. Nous faisons confiance aux services des forces de défense et de sécurité qui ont pour obligation de restaurer et de maintenir l’ordre social indispensable au mouvement de chacun et de tous », a expliqué Souleymane Kéita, député du RPG à l’Assemblée nationale.

Pierre Constantin LA FAYETTE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This