GRIPPE ESPAGNOLE : DES MORTS EN MASSE DUES AUX VACCINATIONS DE MASSE ?

par | Juil 8, 2020 | Covid-19, Enquête, Géopolitique, Internationale | 0 commentaires

Pour souligner la menace potentielle du coronavirus, les médias font régulièrement référence à la « grippe espagnole » de 1918. Selon les sources, elle serait responsable de la mort de 20 à 100 millions de personnes. La grippe dite « espagnole » est considérée dans le monde entier comme la pire épidémie de tous les temps et comme la preuve qu’un virus pourrait une fois de plus faire des millions de victimes. Mais que disent les sources historiques ? Prouvent-elles qu’un agent pathogène de la grippe était réellement responsable de la mort de plusieurs millions de personnes ? Voici quelques faits :

Le terme « grippe espagnole » vient du fait que les premiers rapports d’une grave épidémie de grippe ont pris naissance en Espagne. Après une première vague de la maladie en février 1918, une deuxième vague, beaucoup plus violente, a suivi en août 1918, touchant inexplicablement principalement des jeunes adultes en bonne santé et surtout les soldats de divers pays – et non les faibles, les malades et les personnes âgées comme auparavant. Les symptômes différaient très fortement les uns des autres.

Selon le journaliste médical Hans Tolzin, la théorie selon laquelle la grippe espagnole est due à un dangereux agent pathogène n’a pu être confirmée car elle n’était pas contagieuse ! Les tentatives à Boston et à San Francisco visant à infecter des marins délinquants et des prisonniers au moyen de sécrétions de personnes gravement malades ont échoué. Aucun d’entre eux n’est tombé malade.

De plus, l’origine géographique et le parcours de la grippe étaient complètement flous et atypiques. Elle se serait déclarée sur plusieurs continents presque simultanément. D’autre part, il semble plausible que la « grippe espagnole » soit le résultat d’une part d’une insuffisance d’approvisionnement, de la faim et du manque d’hygiène au lendemain de la Première Guerre mondiale, mais aussi d’autre part le résultat des vaccinations de masse. Celles-ci ont été menées à grande échelle, surtout parmi les soldats, notamment contre la variole et la fièvre typhoïde ainsi que contre la grippe.

Lors des décès importants causés par la grippe dite « espagnole », plusieurs témoins critiques de l’époque, tels que le « Christian Science Monitor » ou Eleanora McBean, ont rapporté indépendamment les uns des autres que seules les personnes vaccinées tombaient malades de la « grippe espagnole ». Les horribles effets secondaires dus à des vaccins peu fiables ont été dissimulés et justifiés par la « grippe espagnole ».

Conclusion :
La référence à la « grippe espagnole » est encore utilisée aujourd’hui pour répandre la peur et la terreur et pour obliger la population à se faire vacciner. Toutefois, il ne s’agit pas d’un exemple de pandémie mondiale causée par des virus aux conséquences mortelles pour des millions de personnes, pandémie qui peut se reproduire à tout moment. Au contraire, il est clairement démontré que les vaccinations de masse de l’époque ont joué un rôle essentiel, voire décisif, dans cette maladie mortelle. C’est pourquoi, chers téléspectateurs, ceux qui s’informent sont immunisés contre la panique dirigée par des intérêts ! Par conséquent, informez-vous et informez les autres sur ces importants antécédents historiques. Des informations bien documentées peuvent être trouvées dans les sources (en allemand) indiquées.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This