//Fin script google analytic

« FATWA » CONTRE LA DÉMOCRATIE

par | Déc 20, 2020 | Éditorial | 0 commentaires

,Nous sommes en pleine « fatwa » contre les acquis démocratiques en Afrique et principalement en Afrique de l’ouest. La fatwa est une décision prononcée ou un décret pris par un mufti ; autorité religieuse en islam. La fatwa est une décision irrévocable et applicable à tous.

Visiblement, l’an 2020, on peut le dire tout de go, est l’année qui consacre le début d’une « fatwa » contre la démocratie en Afrique et principalement en Afrique de l’ouest. Tous les acquis démocratiques obtenus de haute lutte à partir des années « 90 », sont désormais dans le viseur d’une classe politique qui a fait rêver, avant de trahir ses peuples ; jadis assoiffés de liberté et de justice. A l’eau, la liberté d’expression ! A l’eau, la limitation des mandats ! A l’eau les commissions électorales « indépendantes » ! A l’eau, la transparence, l’équité et la justice !

Manifestement, la France Macronienne, par « la manette » Le Drian, ministre des Affaires étrangères dont la posture ambiguë ne fait aucun doute, cautionne et adoube les tortionnaires de la démocratie en Afrique de l’ouest. Quel mépris pour les valeurs qu’incarne la France, pays connu comme « la patrie des droits de l’homme », pays dont la devise est : Liberté, Egalité, Fraternité ! On n’a que faire des « salutations » d’Emmanuel Macron à Issoufou Mahamadou, Président du Niger pour sa décision de se limiter à deux mandats, et au Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, pour sa « décision historique » de ne pas se présenter à la présidentielle du 31 octobre 2020 dans son pays. Le comble, le revirement du second a été considéré comme « un cas de force majeure » par les autorités françaises. Qui, ont également fermé les yeux sur le cas de la Guinée avec Alpha Condé.

Les lundi 14 et mardi 15 décembre derniers, la diplomatie française et de nombreux Chefs d’Etat de africains se sont respectivement retrouvés à Abidjan et à Conakry, pour savourer le « 3ème mandat » des poulains ou collègues ; et aussi célébrer le péril de la démocratie sur le continent. En effet, au moment où festoyaient les convives, des centaines de personnes venaient de trouver la mort pour avoir manifesté contre le viol de la constitution dans leur pays ; des leaders de l’opposition et de la société civile croupissaient dans les geôles du pouvoir. Dans un rapport rendu public, la Commission nationale des droits de l’homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI) affirmait qu’il y ait une surpopulation des les prisons du pays. Hélas, on n’a que faire !

La fatwa contre la démocratie est en marche. 

 

 

 

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This