Côte d’Ivoire : Serey Doh victime d’une campagne de diabolisation, selon une activiste de la société civile

par | Juil 7, 2020 | Côte d'Ivoire | 0 commentaires

Le président du conseil régional du Guémon, dans l’ouest du pays, Serey Doh est l’objet de vives critiques depuis quelques mois. Pour ses collaborateurs et certains membres de la société civile, celui-ci serait l’objet d’une campagne de diabolisation, dont le but est de l’éloigner du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat du Rhdp à l’élection présidentielle d’octobre 2020. Membre de la société civile, Aminata Coulibaly apporte des éclaircissements sur ce dossier qui fait la Une des journaux en Côte d’ivoire.

Pourquoi tant de parutions en si peu de temps contre le Président du Conseil régional, Coordonnateur RHDP de la région du Guemon, jusque là très peu connu des ivoiriens mais très proches des populations locales?

Natif du village de Dah, dans le département de Bangolo, Serey Doh Célestin, affectueusement appelé Adjaro, est titulaire d’un doctorat en sociologie et fonctionnaire de l’administration douanière. Le coup d’essai de l’homme en politique a lieu en 2018 à l’occasion des élections des conseillers régionaux. Cet essai s’est transformé en coup de maître ; car Serey Doh Célestin, le candidat le moins côté, parmi les candidats en lice, a remporté l’élection des conseillers régionaux dans le Guemon. Ce, devant de grosses pointures ; telles que Évariste Meambly, président sortant du conseil et député de Facobly, Oula Privat, député de Guehiebly et Duékoué sous-préfecture et 3ème vice-président de l’Assemblée nationale et Innocent Youté, député de Kouibly, et l’ex DGA de la Sotra, le député de Bangolo Doho Simon. Cette victoire, véritable coup de tonnerre, apparaît comme une raclée humiliante pour certains de ces adversaires politiques qui, auront du mal à s’en remettre.

Comment un candidat indépendant, peu côté, à la limite raillé par ses adversaires durant la campagne, est-il parvenu à remporter l’élection ?

Le président du Conseil régional du Guemon, Évariste Meambly, candidat à sa propre succession en 2018, est la priorité de la direction du RHDP. Auréolé de sa fortune personnelle et de son carnet d’adresses, l’homme d’affaire reçoit sa lettre-mandat signée des mains du Président Alassane Ouattara, président du RHDP. Mais il commet une erreur monumentale en refusant de se présenter sous la bannière du RHDP. Il choisit de se présenter en indépendant ; promettant de se rallier au Rhdp en cas de victoire. La promesse de Meambly ne rassure pas ses mandants, car l’homme est soupçonné de jouer à un jeu trouble et suspecté de remettre sa victoire au FPI ou au PDCI, contrairement à ce qu’il clame. Surtout qu’en 2015, celui-ci a remis sa victoire à la régionale au PDCI-RDA, alors que l’on s’y attendait le moins. Le sachant coutumier des revirements, les Houphouëtistes décident de trouver un autre porte-flambeau : Oula Privat.

Avec la disqualification de Meambly, Oula Guelade Éphrem Privat passe pour être le candidat le plus côté.

La direction du parti le coopte et ses candidats locaux qui figuraient sur la même liste que Meambly, retirent leurs dossiers in-extremis à la CEI pour s’inscrire sur la liste d’Oula Privat, candidat indépendant soutenu par le RHDP. Le bémol, c’est que le 3eme vice-président de l’Assemblée nationale est jugé trop proche du président de l’institution d’alors Guillaume Soro, et soupçonné de lui donner sa victoire. Cette proximité n’est pas du goût de la direction du RHDP. Le natif de Guehiebly n’améliore pas non plus son sort, lorsqu’il s’autorise à soutenir aux municipales, Flanizara Toure, cadre RHDP, candidate indépendante. Le candidat du RHDP et Flanizara Touré perdront la bataille au profit du candidat du PDCI qui profite de la division des Houphouëtistes pour se hisser à la tête de la commune de Duékoué.

Les principaux challengers étant disqualifiés Serey Doh, le candidat sans attache, est finalement choisi par le RHDP.

En visite dans le Tonkpi, début décembre 2018, le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly confie solennellement sa candidature au Ministre Mabri Toikeusse, en appelant les cadres locaux du parti à soutenir Serey Doh. Dès lors, le ministre Mabri s’implique personnellement dans sa campagne ; au point de faire les frais pour cette implication perçue comme une ingérence dans les affaires internes du Guemon ; des critiques acerbes de Meambly. Ayant reçu la caution du parti, Adjaro reçoit également du soutien provenant du district des montagnes, en la personne du Ministre Mabri. L’homme bénéficie en outre à Duékoué, du soutien de taille de cadres influents comme Doumbia Ibrahim. Bien qu’importants, tous ces soutiens assurent la victoire d’Adjaro dans un contexte, marqué par une très forte adversité.

Adjaro, le fin stratège et candidat du peuple

 »Les adversaires d’Adjaro se méprennent profondément sur le compte de l’homme lorsqu’il le qualifie de novice en politique’’, lance un observateur de la vie politique du Guemon. Sociologue averti, Docteur Serey Doh Celestin connait, mieux que tous ses adversaires, la complexité des sociétés et leurs attentes. Fort de son expertise, l’homme a minutieusement préparé le terrain de son élection par un ancrage social dans les localités du Guemon durant plusieurs années. Proche de la chefferie traditionnelle, Serey Doh Célestin est connu pour soutenir les initiatives en faveur des femmes par plusieurs dons de broyeuses aux associations féminines de la région. Les communautés ne sont pas restées en marge de sa stratégie, car l’homme a offert des ambulances à divers centres de santé de la région, tels que ceux de Bagohouo et de Bangolo. Plusieurs mutuelles de développement local ont bénéficié de ses largesses. Depuis plusieurs années, Serey Doh s’est ainsi bâti une réputation d’hommes affables et proches des populations. Mis ensemble, ces atouts militent en sa faveur. Il se fait élire au conseil régional du Guemon. Fidèle à sa parole, il donne sa victoire au RHDP.

Serey Doh, victime de ses succès inattendus?

Interrogé sur le harcèlement médiatique dont l’homme est l’objet, l’un des proches d’Adjaro a rapporté que : »En vérité, le Président Serey Doh est victime de son succès. Depuis son élection surprise à la tête du Guemon, devant trois députés en activité, Serey Doh s’est fait de nombreux ennemis parmi ses adversaires politiques. Ces derniers n’ont jamais digéré qu’un candidat qui ne figurait pas parmi les favoris, vienne leur ravir le poste de président de conseil régional. En plus, le fait qu’Adjaro ait été nommé coordonnateur du RHDP, pour les élections présidentielles d’octobre 2020, n’a fait qu’accroitre l’antipathie de ses adversaires. Et pourtant, l’homme est un fédérateur qui est parvenu à réunir les populations du Guemon, particulièrement celles de la ville de Duekoue ».
Les adversaires de Serey Doh semblent pouvoir l’attaquer sur tout, sauf sa gestion politique de la région. Deux ans à peine, à la tête d’une région connue pour son instabilité et ses violences intracommunautaires, Adjaro a trouvé la solution pour pacifier la région. Sur le sujet, le sociologue révèle sa stratégie en ces termes : »Après avoir mis plusieurs années à étudier les causes profondes de ces instabilités, j’ai décidé de les adresser de façon empiriques. Et la ville de Duekoue, épicentre de ces événements, a fait l’objet d’une étude sérieuse de ma part. Ainsi, j’ai opté pour une approche inclusive, interactive et de proximité avec les populations que j’associe à chacune de mes grandes décisions et à tous les programmes de développement du conseil. Et les chefs traditionnels figurent au cœur de ma stratégie. En ce qui concerne les cadres, j’ai plaidé pour une représentation géopolitique équilibrée dans le bureau du conseil en suscitant l’intégration de cadres issus des quatre départements du Guemon, à savoir Duekoue, Bangolo, Kouibly et Facobly et d’obédience politique parfois différentes ». Force est de constater que depuis l’avènement de l’homme, le Guemon et la ville de Duékoué connaissent une accalmie, unanimement reconnue par tous. Mieux, toutes les structures de base du RHDP découvrent en l’homme, un stratège politique qui a su organiser et remobiliser les bases de ce parti dans le Guemon.

Pourquoi alors tant de critiques à l’encontre d’un homme au bilan satisfaisant ?

Dans le sillage de Serey Doh, il se raconte que le poste de directeur de campagne dans le Guémon du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat du RHDP à la présidentielle d’octobre 2020, est la cause de cet acharnement contre l’homme ; car pressenti.

Pour le staff de Serey Doh, l’heure est à la remobilisation des troupes et à l’occupation du terrain pour la victoire d’Amadou Gon Coulibaly.

Plutôt serein, face à ce qu’il qualifie de complot contre sa personne, Serey Doh conclut en ces termes: « Les gens peuvent continuer de bavarder et de critiquer à distance ou enfermés dans leur confort. Mais nous, nous travaillons sur le terrain pour maintenir et consolider le climat de paix instauré de haute lutte dans le Guemon ; dans le contexte électoral actuel qui est le nôtre, tout en œuvrant à y assurer la victoire d’Amadou Gon Coulibaly dès le premier tour« . Un proche du président du conseil régional du Guemon pense que ceux qui accusent à longueur de journée travaillent pour l’opposition.

Aminata Coulibaly
Membre de la société civile dans la Guémon

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.