L’élection présidentielle prévue pour le 31 octobre prochain aura-t-elle lieu à la date indiquée ? Les ivoiriens et la communauté internationale s’interrogent. A moins de 24 heures de l’ouverture de la campagne desdites élections, les blocages demeurent toujours. L’opposition et la société civile maintiennent leurs revendications. Sur les quatre candidats retenus par le Conseil constitutionnel, deux menacent de ne pas y participer. Ce sont Pascal Affi N’guessan et Henri Konan Bedié, respectivement candidats du FPI et PDCI-RDA. Il ne restera en lice que le Président sortant Alassane Ouattara et Kouadio Konan Bertin dit KKB, candidat indépendant.

La Commission électorale indépendante (CEI) est pour sa part bloquée. Les commissaires des plateformes de l’opposition, le FPI/AFD et la LMP, n’ont pas encore rejoints la commission centrale et les commissions locales. Ne siègent que les commissaires du RHDP, la coalition au pouvoir et GP-Paix, son allié. Malgré cette situation, l’institution en charge poursuit cependant ses activités. Après la remise des spécimens aux candidats, la semaine dernière, elle a entamé la distribution des cartes d’électeurs, ce mercredi 14 octobre, sur toute l’étendue du territoire.

A la veille de l’ouverture de la campagne, ce n’est pas l’ambiance habituelle dans les états-majors. Le RHDP a reporté sine die sa cérémonie de remise de feuilles de route à ses Directeurs régionaux de campagne, sensé se tenir ce mercredi 14 octobre à Abidjan.

48 heures avant, le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bedié, candidat à la présidentielle, séjournait au Ghana, à l’invitation du Président Nana Akufo-Addo. Cette rencontre, apprend-t-on, porte sur les élections en Côte d’Ivoire.

Les ivoiriens quant à eux restent sceptiques et craintifs. Ils ne savent pas ce que leur réserve le lendemain.

Jean Martinien DURANTE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.