CÔTE D’IVOIRE : QUAND LA PRIMATURE DEVIENT MORTELLE

by | Mar 11, 2021 | Côte d'Ivoire, Politique

ActualitéNew

Décidément ! Le poste de Premier ministre est devenu une fonction très périlleuse en Côte d’Ivoire, sous le règne du Président Alassane Ouattara. De juin 2020 à mars 2021, ce sont deux Premiers ministres qui meurent en fonction, en moins d’un an. Hamed Bakayoko et Amadou Gon Coulibaly. Les deux personnalités sont décédées presque de la même manière, sous une communication gouvernementale quasi identique.

Nommé le 10 janvier 2017, Premier ministre de Côte d’Ivoire, Amadou Gon Coulibaly, candidat du Rhdp à la présidentielle d’octobre 2020 est évacué une France pour des soins de santé. Le gouvernement, dans un communiqué, informe que le locataire de la primature s’est rendu à Paris pour « un contrôle médicale » ; alors que certaine langues mieux imprégnées évoquent « une évacuation sanitaire« , à la suite d’un malaise cardiaque. Hamed Bakayoko, ministre d’Etat, ministre de la défense est désigné pour assurer son intérim. Les spéculations se multiplient sur l’état de santé de l’homme affectueusement appelé le « lion« .

Le 02 juillet 2020, Amadou Gon Coulibaly est accueili en fanfare à l’aéroport internationale Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, après avoir reçu la veille l’ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, Bandama Maurice. « Me revoilà de retour en forme… Je suis venu prendre ma place auprès du Président pour continuer l’œuvre du développement de la Côte d’Ivoire », a déclaré le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly pour rassurer les siens et faire taire toutes ces personnes qui avaient annoncé sa « mort« . Mercredi 08 juillet, en plein conseil des ministres, Amadou Gon Coulibaly s’effondre. Evacué d’urgence, il rend l’âme quelques heures plus tard.

Le 30 juillet 2020, Hamade Bakayoko est nommé Premier ministre en remplacement d’Amadou Gon coulibaly, décédé quelques semaines plus tôt. Prétextant un « cas de force majeur« , parce que le delais ne lui permet pas de préparer un candidat, le Président Alassane Ouattara, dans sa déclaration à la nation, le 07 août, annonce son candidature à la présidentielle du 31 octobre, à l’effet de briguer un troisième mandat.

Le 18 février 2021, le Premier ministre Hamed Bakayoko est évacué en France. Les autorités du pays, annoncent, comme à l’accoutumée, une « visite médicale« , ponctuée d’une « série d’anylses« . Pendant que l’on spécule sur sont état de santé, l’on apprend son évacuation dans un hôpital en Allemagne.

Lundi 8 mars, le Président Alassane Ouattara procède au partage des postes d’Hamed Bakayoko. Le secrétaire général de la présidence, Achi Patrick est nommé Premier ministre intérimaire. Le frère cadet d’Alassane Ouattara, Téné Birahima dit « Photocopie », ministre chargé des affaires présidentielles, est nommé ministre de la défense.

Mercredi 10 mars 2021, l’on apprend le décès d’Hamed Bakayoko, des suites d’un cancer ; un cancer très « éclair« . Soit, huit mois après sa nommination comme Premier ministre. Sur les réseaux sociaux, dans les cabarets, et dans les salons, ils sont nombreux ces ivoiriens qui avancent la thèse d’un empoisonnement.

L’annonce du décès d’Hamed Bakyoko plonge le pays dans une profonde consternation. En effet, dès sa nomination, celui-ci a entrepris des actions de décrispation pour sortir la Côte d’Ivoire de la crisedans laquelle elle sombre depuis plusieurs années. Les contacts avec les leaders de l’opposition sont réguliers, dans le cadre du dialogue politique qu’il a inscrit à son agenda.

Les réactions, suite à son décès, ne se sont pas fait attendre. « Mes chers compatriotes, Notre pays est en deuil. J’ai l’immense douleur de vous annoncer le décès, du Premier Ministre, Hamed Bakayoko, Chef du Gouvernement, Ministre de La Défense, ce mercredi 10 mars 2021, en Allemagne, des suites d’un cancer. Je rends hommage au Premier Ministre, Hamed Bakayoko, mon fils et proche collaborateur, trop tôt arraché à notre affection. Le Premier Ministre Hamed Bakayoko a servi la Côte d’Ivoire avec dévouement et abnégation. C’était un grand homme d’Etat, un modèle pour notre jeunesse, une personnalité d’une grande générosité et d’une loyauté exemplaire. Je voudrais, au nom du Gouvernement et en mon nom personnel, présenter mes condoléances les plus émues à son épouse, à ses enfants, à la grande famille Bakayoko, à toutes les familles alliées ainsi qu’à l’ensemble des Ivoiriens. Que son âme repose en paix », a réagi le Président Alassane Ouattara.

Pour le leader de l’opposition, Pascal Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI), c’est un « précieux intermédiaire entre le régime et les autres couches socio-politiques disparaît« .

Quand à l’ensemble des ivoiriens, ceux-ci donnent dans d l’humour, quoique profondement touchés par cette disparition brutale de leur Premier ministre. Ils présentent le fauteuil de Premier ministre comme un poste à haut risque et s’inquiètent du sort qui attend Achi Patrick, le successeur d’Hamed Bakayoko.

Pierre Constantin LA FAYETTE

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This