Côte d’Ivoire (Présidentielles 2020) : Duel Mabri-Sidiki DAns le tonkpi

par | Juin 29, 2020 | Côte d'Ivoire | 0 commentaires

Dans la région du Tonkpi, à l’ouest du pays, un duel oppose l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur Albert Mabri Toikeusse au ministre de l’artisanat Sidiki Konaté pour le contrôle de la région. Le premier est le président de l’Union pour la démocratie et la paix (UDPI), parti autrefois membre du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), la coalition au pouvoir). Il est aussi le président du Conseil régional du Tonkpi. Le second, par ailleurs député de la commune de Man, est le Coordonnateur régional du RHDP.

Les deux élus se battent sur le terrain dans la perspective des élections présidentielles d’octobre 2020, devant désigner le successeur du Président Alassane Ouattara. Albert Mabri Toikeusse marque sa présence sur le terrain pour le compte de son parti, dont l’ambition est de parvenir au pouvoir. Sidiki Konaté quant à lui, se bat pour la victoire du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat du RHDP.

Au terme d’une tournée politique d’une dizaine de jours dans onze départements de l’ouest, le ministre Sidiki Konaté a soutenu que son parti est plus que jamais implanté dans l’ouest du pays. Cela, malgré la défection de l’UDPCI du RHDP. « Pour ce qui concerne le Tonkpi, deux constats sont à faire. 95% des élus, maires, députés, conseillers régionaux, sénateurs, sont du RHDP. Les populations ici dont nous connaissons le mode de vote, depuis plus d’une dizaine d’années, sont toutes RHDP. L’ouest est un bastion du RHDP. La candidature de Gon Coulibaly a été vendue facilement ; les structures sont à pieds d’œuvre pour faire des scores historiques. Notre ambition est de bonifier le score à l’ouest pour que le surplus puisse servir à équilibrer nos résultats dans d’autres régions où le RHDP ne sera pas fort. C’est un réservoir de voix additionnelles que nous sommes en trains de constituer pour que le 31 octobre, les voix que nous allons obtenir ici puissent combler le vide ailleurs», s’est vanté, dans les journaux locaux, le coordonnateur régional du RHDP. Puis de préciser que « Nous avons une chance parce que c’est une minorité qui est partie. La grande majorité a fait le choix de rester RHDP. Donc ça n’a pas déstructuré le parti de façon profonde. Il n’y a que quelques secrétaires de la commune qui sont partis, mais tout de suite, nous les avons remplacés. Les choses vont bien. Nous avons un parti conquérant à l’ouest. Il s’implante chaque jour».

Pour enfoncer le clou, Sidiki Konaté a profité de sa tournée pour se rende à Gouessesso, village du Général Guéi Robert, fondateur de l’Udpci que préside Albert Mabri Toikeusse. Et voici ce qu’il en dit : « Nous avons reçu avec beaucoup d’émotion le souhait des populations qui ont expressément demandé à leur fils Amadou Gon de jeter un regard particulier sur la résidence du général, où tout s’écroule». Une manière pour lui de narguer son rival qui se présente comme l’héritier de l’ancien Chef d’Etat qui a renversé le Président Henri Konan Bedié en 1999.

Evidemment, Albert Mabri Toikeusse ne peut se laisser couler comme un navire en détresse en pleine mer. Il ne peut que se retrouver à Gouessesso, le lendemain, pour effacer les traces du ministre de l’artisanat Sidiki Konaté. « C’est toujours une joie renouvelée de retrouver mes parents de Gouessesso, village maternel du Président Robert Guei, ancien Chef d’État, fondateur et premier Président de l’UDPCI. À l’occasion de ma visite ce vendredi 26 juin 2020, j’ai reçu la bénédiction des populations qui m’ont réitéré leur attachement. En retour, je leur ai témoigné à nouveau ma disponibilité, mon engagement et ma détermination à promouvoir la paix et la cohésion sociale dans le Tonkpi et partout en Côte d’Ivoire. J’ai invité la chefferie, et l’ensemble des populations à prendre une part active dans le processus d’identification et de renouvellement de liste électorale en-cours», a répliqué le président de l’Udpci sur sa page Facebook. Quelques jours avant, il s’était recueilli sur la tombe du Général Guéi Robert à Kabakouma.

Tout comme son adversaire, Albert Mabri Toikeusse multiplie les actions de développement et les rencontres avec les populations locales, dans l’optique de garder l’hégémonie de l’Udpci sur le Tonkpi. Réalisations d’infrastructures socio-économiques, rencontres avec la chefferie traditionnelle et les autorités administratives, échanges avec les couches socio-professionnelles, tournées de mobilisation dans les villages etc. Visiblement, l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur s’offre toutes les occasions pour marquer sa proximité de la population.

La guéguerre pour le contrôle de l’ouest entre l’Udpci et le Rhdp remonte à la désignation du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, comme candidat de la coalition au pouvoir à la prochaine élection présidentielle. Au cours d’une réunion du bureau politique élargie au parti politiques, Albert Mabri Toikeusse avait exprimé une opinion dissidente ; estimant que le mode de désignation du candidat ne s’était pas déroulé comme prévu. Du fait de cette désapprobation, Mabri a été sorti du gouvernement les jours qui ont suivis. Une crise naît au sein de l’Udpci ; certains membres de la direction ayant choisi de poursuivre leur aventure avec le Rhdp. Comme suite logique, les pro-Rhdp sont exclus de l’Udcpi ; qui lui aussi s’affranchit du Rhdp. Tournant définitivement la page de la crise interne, Mabri procède à un réaménagement technique puis installe ses quartiers dans le Tonkpi, fief de l’Udpci. Avec pour objectif d’affronter le candidat du Rhdp à la prochaine présidentielle.

Jean Martinien DURANTE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.