CÔTE D’IVOIRE, PRÉSIDENTIELLE 2020 : LES VÉRITÉS DE JOËL N’GUESSAN AU CANDIDAT BEDIE

par | Juil 3, 2020 | Uncategorized | 0 commentaires

L’élection présidentielle en Côte d’Ivoire se tient dans quatre mois. À l’approche de cet important évènement de l’histoire du pays, les partis politiques affutent leurs armes pour investir l’ensemble du territoire national. Alors que le candidat du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RDHP) avait annoncé le choix du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly comme candidat à cette élection, le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire(PDCI) avait encore l’embarras du choix de son candidat.

La nouvelle est finalement tombée, Henri Konan Bédié, candidat du parti septuagénaire est candidat pour représenter son parti à la prochaine élection présidentielle. Le Président Alassane OUATTARA, lui, a annoncé qu’il ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle d’octobre 2020, souhaitant laisser une nouvelle génération de jeunes cadres ivoiriens honnêtes et compétents se mettre au service de leur pays au plus haut niveau.

Face à la configuration de ce nouveau tableau électoral, le Ministre Joel N’Guessan est monté au créneau pour asséner ses « vérités »  au sphinx de Daoukro. Ci-dessou, l’intégralité de sa déclaration dont Universel Medias a reçu copie.

« Oui ! Le Président Alassane Ouattara n’a cessé de nous dire en public et en privé qu’il ne souhaitait pas faire un troisième mandat.

Toujours concernant la prochaine élection présidentielle, des candidats ont déjà annoncé leurs désirs de briguer la magistrature suprême de notre pays. Le Front Populaire Ivoirien (FPI) officiel et légitime (selon les textes et lois en vigueur en Côte d’Ivoire), ne cache pas son souhait de voir son Président Affi N’GUESSAN se positionner comme candidat pour l’élection présidentielle du 31 octobre prochain.

Le FPI non officiel de ceux qui ont une éternelle nostalgie et indéfectible affection pour l’ancien Président ivoirien, Monsieur Laurent GBAGBO, qui est loin d’avoir fini ses problèmes avec la justice internationale (Cour Pénale Internationale : CPI) et la justice de son pays la Côte d’Ivoire, rêvent de le voir débarquer en héros sur les bords de la lagune Ebrié pour prendre part comme candidat à la prochaine élection présidentielle. Oui tous les rêves sont permis. Et comme le dirait l’autre Dieu est Dieu et avec lui tous les miracles sont possibles.

Après le RHDP et les deux tendances fortes du FPI, le PDCI, tendance Henri KONAN BEDIE, s’achemine inexorablement vers le choix du natif de Daoukro pour défendre les couleurs de leur parti à la prochaine élection présidentielle. C’est le droit de chaque ivoirien d’avoir l’ambition de gouverner notre pays. Il suffit tout simplement d’aimer la Côte d’Ivoire et de comprendre que les pères fondateurs ont décidé que c’est le pays de l’espérance et de l’hospitalité.

Concernant la candidature de Monsieur Henri KONAN BEDIE, il n’y a pas grand-chose à dire, que c’est son droit. C’est aussi le droit de ses suiveurs, comme il l’aime à les appeler, de le proposer comme candidat. Le seul hic, ce sont les arguments qu’il a développés ce week-end pour exprimer sa prétention à être candidat.
Le natif de Daoukro, justifiant son désir de briguer la magistrature suprême de notre pays, dit ceci en substance :

« J’ai commis l’erreur d’entrainer mon parti dans une alliance où la parole donnée n’a pas été respectée. ……. C’est vrai que je suis âgé, mais j’ai encore la force d’aller au combat. Laissez-moi réparez mon erreur en ramenant le PDCI au pouvoir »

Voici, un Monsieur qui avoue qu’il a commis une erreur parce qu’il a contracté une alliance politique sur la base d’une promesse à lui faite qu’il n’ose pas dire. C’est vraiment désolant. On ne cherche pas à redevenir Président de la République parce qu’on a contracté une alliance politique qui n’a pas marché. On cherche à être président de son pays parce qu’on a quelque chose de nouveau et un programme pour le bien-être de ses concitoyens.

Plus grave, il affirme qu’il a encore la force d’aller au combat, lui qui a dépassé les 85 ans. Nous lui souhaitons du courage physique et lui disons que la compétition politique, c’est avant tout une confrontation des idées et non un combat. Parce que, si c’était un combat sur un ring, il a très peu de chances pour démarrer le premier round.

« … je suis le plus fédérateur au sein du parti, surtout en milieu rural, … et je vais ramener le pouvoir à la maison ».

En d’autres termes, Monsieur Bédié se propose candidat par ce qu’il compte sur le milieu rural. Merci de nous dire que le milieu urbain ne fait pas partie de votre schéma politique une fois parvenue au pouvoir. Les citadins l’auront compris. Une fois de plus Monsieur Bédié est dans la ségrégation entre les ivoiriens. Il veut en comptant sur les électeurs ruraux ramener le pouvoir à la maison, c’est-à-dire chez lui à Daoukro.

En effet, l’on se souvient que quand il a succédé à notre grand et Illustre Président Félix Houphouët-Boigny, c’est seulement Daoukro qui était son centre d’intérêt. Tous les projets étaient pour Daoukro et ses environs. Son souhait de déhouphouëtiser l’a amené à laisser Yamoussoukro, la ville de Nanan Boigny tombée dans la ruine. Même la maison du PDCI-RDA à Yamoussoukro a été abandonnée par Bédié et ses suiveurs. Les rats, les agoutis et serpents en ont fait leur refuge. Et pourtant Monsieur Henri Konan Bedié a dirigé le pays de Félix Houphouët BOIGNY pendant plus de 6 ans. Il a même joui des privilèges du pouvoir du Président Alassane OUATTARA ; un pont, le pont HKB porte son nom. Lui qui n’a jamais construit un seul monument à la gloire de ceux qui ont créé et nourri la Côte d’Ivoire moderne de leurs luttes.

Nous espérons que les jeunes cadres du PDCI-RDA dont il cite les noms pour s’attirer leurs sympathies ne sont pas dupes. Ils savent tous que Monsieur Henri Konan Bedié est dans une logique de démagogie politique. Pour lui le pouvoir est un jeu de Ping-Pong. Hier, c’était toi. Aujourd’hui, c’est mon tour. Il fait fi de ce qu’est la démocratie. Il oublie que personne n’a trace de ce qu’il a réalisé dans ce pays. Tous ses projets n’ont été que des rêves. Comme le dirait feu, le doyen Jean Konan Banny, « On ne confie pas une deuxième fois le canari de Bangui à celui qui en a cassé un premier». Monsieur BEDIE a cassé le canari de Félix Houphouët BOIGNY par sa politique étriquée de l’ivoirité. Il gagnerait à laisser la place à une génération plus jeune que lui comme son jeune frère Alassane Ouattara a décidé de le faire au niveau du RHDP.

Ceci étant dit, nous sommes heureux qu’il ait fait le choix de liquider politiquement les jeunes méritants de son parti. Cela nous rassure quant au fait qu’on n’aura pas d’adversaire digne de ce nom. Le RDHP est plus que jamais convaincu de remporter l’élection présidentielle future, au premier tour « , a écrit le cadre du RHDP, Joël N’guessan

La course est véritablement lancée. Les partis politiques ainsi interpellés mettront certainement de bonnes stratégies en place pour convaincre les électeurs.

Travis Amangoua

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This