Des cadeaux de noël ? Peut-être ! En effet, à la veille de la fête de la nativité, occasion pour les parents d’offrir des cadeaux à leurs mômes, le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara en a profité pour en faire autant. Il a recompensé certains officiers supérieurs de l’armée en grades et en postes. Sûrement pour « service rendu » et aussi un « appel à protéger son pouvoir », vu le contexte politique difficile dans lequel sombre la Côte d’Ivoire, depuis la déclaration de Ouattara de briguer un troisième mandat.

Ainsi, au titre des armées, le Général de corps d’armée Doumbia Lassina est confirmé chef d’Etat-Major des armées. Le Général de division Kouamé »N’dri Julien Sébastien est confirmé chef d’Etat-Major adjoint. Le colonel-major Touré Mamadou Fama est promu Général de brigade aérienne. Le capitaine de Vaisseau-major Konan Kouakou Boniface est promu Contre-amiral. Le colonel-major Kouaho Amichia Edouard est promu Général de brigade. Le colonel-major Soro Kodan Pagaforo est promu Général de brigade.

Au niveau de la gendarmerie, le Général de division Touré Apalo est promu au grade de Général de Corps d’armée et confirmé Commandant supérieur de la Gendarmerie nationale. Il est secondé par le Général de brigade Kouassi Kaunan René Stanisla qui lui aussi est confirmé Commandant en second.

Au niveau de la Police, l’inspecteur général Kouyaté Youssouf est promu Administrateur généram et confirmé Directeur général de la police. Le commissaire divisionnaire major Diakité Aboubacar Siriki est promu Contrôleur général et confirmé directeur de l’école de police d’Abidjan.

Ces promotions et confirmations à des postes stratégiques interviennent dans un climat socio-politique délétère, dû à la candidature d’Alassane Ouattara à un troisième mandat. Des violences ont éclaté dans le pays, si bien que l’élection présidentielle du 31 octobre n’a pu se tenir dans au moins 80% du territoire. Cette crise a occasionné au moins une centaines de morts, des affrontements inter-communautaires, des arrestations de leaders d’oppositions et de milliers de jeunes qui se sont opposé au viol de la constitution de leur pays.

Jean Martinien DURANTE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.