[:fr]

[:fr]CÔTE D’IVOIRE : OUATTARA AURA EN FACE DE LUI SON MINISTRE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 31 OCTOBRE[:]

par | Juil 23, 2020 | Côte d'Ivoire, Politique | 0 commentaires

Directeur de publication

Prochain en Côte d’Ivoire réserve décidément des surprises. Si le Président sortant Alassane Ouattara accepte d’être candidat, comme le lui demandent les structures du RHDP, son parti, il aura en face de lui, un candidat sorti de sa propre écurie. Il s’agit de son ancien ministre des Affaires Etrangères, Marcel Amon Tanoh. Avant son entrée au gouvernement, ce dernier fut également son directeur de cabinet. Marcel Amon Tanoh a fait sa déclaration de candidature à la présidence de la république de Côte d’Ivoire, mercredi dernier. « Malheureusement, ces dernières décennies, nos efforts communs n’ont pas été à la hauteur de cette promesse. Nous avons mené à bien de grands ouvrages, mais nous avons abandonné notre humanité. Nous avons bâti des ponts, mais nous avons oublié de construire des passerelles entre les hommes. Nous avons restauré notre image, mais nous avons renoncé à notre cœur. Cette vision a atteint ses limites et le pays s’est fortement crispé. Dans un monde en plein bouleversement, qui exige innovation et expérience, la Côte d’Ivoire ne peut plus se permettre d’investir dans des solutions sans portée humaine.

Notre pays a besoin de quitter définitivement les sentiers improbables de la discorde et de la division », a-t-il regretté d’entrée ; avant de déclare sa candidature : « Au regard de l’expérience que j’ai acquise au service de mon pays, après vous avoir longuement écoutés et après avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de me porter candidat à la prochaine élection présidentielle. Je veux rassembler les hommes et fédérer les énergies. Je veux être le trait d’union. Le trait d’union entre l’Etat et le peuple », a solennellement déclaré l’ancien ministre des Affaires étrangères. Qui, rappelons-le, avait rendu sa démission quelques jours après la désignation, en mars dernier, du chef du gouvernement comme unique candidat du RHDP. Cette candidature complique la situation du RHDP, la coalition au pouvoir. Surtout que son principal candidat, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, sur qui toute la stratégie de conquête du pouvoir d’Etat a été bâtie, est décédé à quelques mois des élections. Dans ce laps de temps, le Vice-président Daniel Kablan Duncan a rendu sa démission. Le président de l’UDPCI, Dr Albert Mabri Toikeusse, membre du RHDP a également pris ses distances. Face à la pression des caciques de son clan, la tâche ne semble pas aisée pour Alassane Ouattara. En effet, celui-ci avait déclaré devant le congrès ivoirien qu’il renonçait à un troisième mandat. Ce qui lui avait valu le satisfecit de la communauté internationale pour cette décision « historique ».

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

[:]