Côte d’Ivoire : La déconstruction d’Hamed Bakayoko en marche

par | Juin 13, 2020 | Côte d'Ivoire | 0 commentaires

Les ivoiriens ont été surpris d’apprendre, le vendredi 29 mai, que leur pays est une plaque tournante du trafic de la cocaïne ; et que leur ministre d’Etat, ministre de la défense Hamed Bakayoko serait un acteur clé de réseau établi en Afrique de l’ouest. Une enquête des journalistes Daan Bauwens (canadien) et Nicholas Ibekwe (nigérian) publié par le site Vice.

La réaction du ministre de la défense ivoirien ne s’est pas fait attendre. Il se réserve le droit d’apporter une suite judiciaire à ces accusations. « Je n’ai pas pour habitude de réagir à des allégations portées contre moi sur les réseaux sociaux. Mais je me vois contraint de le faire aujourd’hui, suite à une publication sur une prétendue enquête de deux journalistes, Messieurs Ibekwe Nicholas et Daan Bauwens. Ces allégations vont à l’encontre de mes principes de vie et sont de nature à jeter le discrédit sur mon pays, en raison des fonctions que j’exerce.

Au regard de ces insinuations extrêmement graves et diffamatoires, j’ai décidé de porter plainte contre Messieurs Ibekwe Nicholas, Daan Bauwens et les relais.

Dans mes charges de Ministre de la sécurité en Côte d’Ivoire pendant plus de 07 ans et celles actuelles de la Défense, les résultats obtenus dans la lutte contre la drogue sont mondialement reconnus. Ces actions qui se sont soldées par de nombreuses arrestations, saisies et démantèlements de réseaux mafieux, ont valu des félicitations internationales à la Côte d’Ivoire », a écrit Hamed Bakayoko sur sa page Facebook, le lundi 8 juin.

Cependant, est-ce que la plainte du ministre d’Etat ivoirien pourra changer quelque chose ? Manifestement, celle-ci ne changera pas grande chose ; même si elle aura eu le mérite de le blanchir. En effet, tels les effets ravageurs d’une balle tirée d’un fusil, la publication des journalistes de Vice laissera des cicatrices dont le ministre de la défense aura du mal à s’en remettre. Du reste, la restauration de son honneur lui coûtera assez d’efforts et de temps.

Derrière les révélations de Vice, il faut voir un projet de déconstruction du ministre Hamed Bakayoko, dont l’enquête des journalistes Ibekwe Nicholas et Daan Bauwens n’est que la face de l’iceberg. Que leurs écrits soient un ramassis de mensonges ou pas, l’objectif des « services secrets », « services de renseignements » et « réseaux » qui ont facilité la tâche aux enquêteurs de Vice a été atteint. C’est-à-dire barrer la route de la Présidence de la République de Côte d’Ivoire à Hamed Bakayoko dont la côte de popularité est indiscutable dans le pays. Tous savent que son ambition pour le fauteuil présidentiel n’est qu’un secret de polichinelle. La candidature du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat du RHDP à la présidentielle d’octobre 2020, n’étant pas certaine du fait de son état de santé, les portes pourraient grandement s’ouvrir pour Hambak (Hamed Bakayoko). Surtout qu’il fait partie du cercle restreint des hommes de confiance du Président Alassane Ouattara.

Au RHDP, Hambak est vraisemblablement un « danger » ses adversaires internes qui rêvent de se voir dans la tenue de Chef de l’Etat après Alassane Ouattara. En effet, il a toujours volé la vedette à nombre d’entre eux à l’occasion des sorties officielles. Il est admiré par la majorité des ivoiriens ; aussi bien au sein de sa formation politique que dans les autres. Sans oublier ces milliers de mélomanes baptisés « chinois » par Arafat Dj, dont il fut parrain. Hamed Bakayoko entretient de bonnes relations avec presque tous les leaders politiques (opposition et coalition au pouvoir). Sécurocrate aux côtés du Président Alassane Ouattara, il a donné un autre visage à la Police nationale et reformé l’armée. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire dispose d’une force de feu très dissuasive. Tous ces atouts font de lui un adversaire sérieux. Lequel peut ravir aux ambitieux encore tapis dans l’ombre, le fauteuil présidentiel. La solution qui s’impose à eux reste la déconstruction du ministre de d’Etat, ministre de la défense. « Je dénonce cette orchestration grossière ourdie par des commanditaires dont le dessein n’échappe à personne. Cette énième cabale n’entamera pas notre détermination au service de la nation. En Côte d’Ivoire, dans mon pays, ma réputation est faite, elle est pure et sans tache, n’en déplaise aux aigris et aux conspirateurs », a conclu Hamed Bakayoko. Preuve qu’il sait que l’enquête des journalistes de Vice participe du processus de sa déconstruction.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.