Guézon, une sous-préfecture du département de Duekoué a été le théâtre d’affrontements meurtriers entre Dozos armés de fusils calibre 12 et kalashnikov et la population locale sans armes. Des maisons des populations autochtones ont été brûlées et le bilan provisoire est de 7 morts, dont 1 Dozo et 6 personnes originaires du village, il y a deux bébés parmi les victimes.

Je m’incline sur la mémoire des morts et je souhaite prompt rétablissement aux blessés. J’exprime ma grande colère face à ce drame, le énième du genre entre les Dozos, véritable milice armée qui opère au vu et au su des autorités administratives de la région, du pays. Au nom de quoi des Dozos, non autochtones, sont libres de porter des armes et ériger des barrages dans la région du Guémon ? Ils ne sont ni la police, ni la gendarmerie ni l’armée. Bénéficient-ils d’un mandat secret pour sévir contre les populations locales ? Depuis 2011 nous décrions cet état de fait totalement illégal mais nos cris tombent dans des oreilles sourdes. Combien de morts faudra-t-il pour que le gouvernement agisse pour désarmer les Dozos ? Jusqu’à quand allons-nous assister à cette impunité ?

Grizzly Bear
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Pour une énième fois, nous interpellons le gouvernement afin que les Dozos soient désarmés et qu’il soit interdit à toute personne en dehors des forces régulières d’ériger des barrages et extorquer de l’argent aux populations.
Le Guémon pleure.

Apollos Dan Thé
Fils du Guémon