CENTRAFRIQUE : SITUATION CONFUSE A DEUX JOURS DE LA PRÉSIDENTIELLE

par | Déc 25, 2020 | Afrique, Centrafrique, Défense, Djihadisme, Enquête, Europe, France, Géopolitique, Internationale | 0 commentaires

A quelques jours des élections présidentielles et législatives prévues pour le 27 décembre prochain, la situation politique reste toujours confuse en République centrafricaine (RCA), malgré la présence des forces de la mission des Nations-Unies (Minusca). Le Président sortant Faustin-Archange Touadera accuse l’ancien président, le Général François Bozizé, exclu de la course présidentielle par le Conseil constitutionnel, de préparer un » coup d’Etat » contre le régime en s’appuyant sur les mouvements rebelles.

Les principaux mouvements rebelles, dont les milicies de la Séléka et antibalaka (deux factions rivales en 2013), ont fusionné pour former la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), à l’effet de mener des actions d’envergures contre le gouvernement Touadera qu’ils soupçonnent des préparer des fraudes à grande échelle aux prochaines élections. Le CPC a appelé les autres groupes à se rallier à la cause.

Les groupes armés centrafricains menacent la tenue des élections présidentielle et législatives.

Dans la foulée, le mouvement rebelle « 3R » lance une offensive sur Bossembélé, une ville de l’ouest du pays, en vue de priver la capitale Bangui, située à 155 km de ses axes d’approvisionnement. Les forces gouvernementales (FACA), appuyé par les contingents de la Minusca interviennent et stoppent l’avancée des rebelles. Selon legouvernement, le chef des « 3R », Mahamat Abassa Sidiki a été tué au cours de ces opérations.

Prétextant la situation sécuritaire tendue, le chef de file de la Coalition politique d’opposition (COD-2020), François Bozié appelle à un report des élections jusqu’au rétablissement de la paix et de la sécurité. Des partis politiques affiliés à cette organisation se retirent de la campagne électorale qui avait court.

Les autorités centrafricaines qui ne veulent pas réculer reçoivent du renfort. Le Rwanda et la Russie, répondant favorablement à leur demande, ont envoyé des troupes dans le pays pour la sécurisation des élections.

Les groupes armés centrafricains menacent la tenue des élections présidentielle et législatives.

Les élections du 27 décembre 2020 se déroulent dans un contexte où deux tiers du pays sont contrôlés par des groupes armés rebelles. 1,8 millions d’électeurs sont appelés aux urnes ce jour. 16 candidats sont en lice pour le fauteuille présidentielle. 140 sièges sont à occuper au parlement.

Aux dernières nouvelles, le CPC a decrété de manière unilatérale, un cesse-le-feu de trois jours ; lequel arrive à expiration avant l’échéance électorale. La coalition a en outre invité le gouvernement à suspendre les élections, dont les conditions de bon déroulement ne sont pas réunies, seloneux. « Le document n’est pas signé. C’est un cessez-le-feu unilatéral, un non-événement, et nous n’avons pas vu ces gens-là s’arrêter dans leurs actions », a réagi jeudi le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui.

De Pierre Constantin LA FAYETTE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This