CEI : AFFI FAIT DES PROPOSITIONS CONCRÈTES

par | Juil 20, 2020 | Côte d'Ivoire, Politique, Président Pascal Affi N'Gessan | 1 commentaire

À TROIS MOIS DES ELECTIONS, PENSEZ-VOUS QU’IL EST POSSIBLE DE REFORMER LA CEI DANS LE DELAI ?

 

« Oui c’est possible puisque les commissions locales sont restructurées en fonction des activités. La Loi elle-même prévoit que les Commissions locales soient reconstituées à chaque étape du processus électoral.

Après l’étape de la révision électorale, l’étape suivante qui est du contentieux devrait être menée par de nouvelles CEL si les différents partis souhaitent modifier la participation de leurs représentants.

Donc le principe est acquis, il suffit de faire preuve de bonne volonté pour que dans le cadre des nouvelles CEL qui vont prendre en charge le contentieux de la liste et les autres aspects, nous nous arrangions pour que les présidences des commissions locales ne soient pas dominées à 98% par le RHDP comme c’est le cas aujourd’hui.

En ce qui concerne la commission centrale, nous avons contesté la présence de Madame Henriette LAGOU qui a déclaré depuis 2018 qu’elle avait adhéré au RHDP. Sur cette base, nous avons contesté sa représentation dans la commission centrale au titre de l’opposition. Il suffit donc de modifier le décret nommant les membres de la commission centrale et demander à l’opposition de proposer en lieu place de Lagou Henriette une personnalité issue de l’opposition.

Donc, ce sont deux arrangements qui peuvent se faire dans un délai assez bref et qui peuvent permettre à la CEI de répondre en grande partie aux préoccupations de l’opposition et des ivoiriens dans leur grande majorité.

Si les deux recommandations de la Cour Africaine sont effectivement mises en œuvre, logiquement cela devrait apaiser les appréhensions des uns et des autres.

Dans la commission centrale, nous aurons tous les partis significatifs, nous aurons 4 représentants de l’opposition contre 3 du pouvoir et la société civile. Je pense que dans ce cadre, si l’opposition est soudée, si elle est engagée, mobilisée et solidaire, elle peut faire valoir ses préoccupations à l’intérieur de cette CEI centrale.

Si les CEL sont constituées de la même façon, et qu’aucun parti ne dispose d’une majorité écrasante pour contrôler tout le circuit depuis la base jusqu’à la commission centrale, le circuit de communication et de transmission des résultats, nous aurons des assurances suffisantes de ce que le scrutin sera transparent et que les résultats ne seront pas falsifiés en cours de route. Et cela exige des négociations, des arrangements. Ce n’est pas une élection mécanique qui peut permettre de doter le pays d’une CEI satisfaisante.

Ce sont les négociations qui vont faire en sorte que les aspects de la transparence soient pris en compte. »

PASCAL AFFI N’GUESSAN sur Afrique Media

Transcription Nanan Ekanza IV

1 Commentaire

  1. Anonyme

    Bien dit de la part du Président du FPI.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.