CAMEROUN : L’APPEL DE KAMTO CONTRE PAUL BIYA SUSCITE DES RÉACTIONS DIVERSES

par | Août 28, 2020 | Afrique, Politique | 0 commentaires

L’appel du leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, à un soulèvement populaire pour exiger « le départ » du pouvoir du Président Paul Biya, si celui-ci organisait les élections régionales dans le contexte politique actuel qu’il décrie, suscite des réactions diverses dans le pays. Notamment au sein de la classe politique camerounaise.

Contrairement au secrétaire à la communication du parti au pouvoir, le ministre Fame Ngondo qui s’est moqué du principal opposant par une charade, parce que ne disposant   » ni conseiller municipal, ni député, ni sénateur » , le président du Front démocratique révolutionnaire (FDR), Aimé Cyprien Olinga a quant-à lui apporté son soutien à Maurice Kamto. Pour lui, l’on pas besoin d’élus pour faire une révolution.

« Pour faire une révolution dans un pays corrompu comme le nôtre, on n’est forcément pas obligé d’avoir des élus. Il faut inspirer confiance et avoir le soutien des masses populaires. L’imam Dicko au Mali avait-il des élus ?…Avoir des « élus » par la fraude électorale ne sert à rien lorsque le peuple réel décide de reprendre sa souveraineté et son pouvoir. Avis donc à nos « élus » sans électeurs qui pour certains l’ont été avec moins de 02% des inscrits et qui prétendent qu’ils nous représentent. La révolution où la mort, nous vaincrons » ! A répondu Cyprien Olinga au ministre Jacques Fame Ngondo. Puis de rappeler que Maurice Kamto n’a fait que « réitérer les exigences des partis politiques du front du boycott des élections du 9 février 2020 « .

Lire :https://universelmedias.fr/cameroun-le-ministre-ndongo-raille-lopposant-maurice-kamto/afrique/

Pour sa part, Me Emmanuel Ashu, avocat du barreau du Cameroun, estime que le président du MRC est dans une démarche insurrectionnelle. « Le MRC est soit légaliste, soit dans les sissongo. Il semble survivre dans les sissongo. Le Cameroun n’est pas le Mali, que Kamto arrête ça. C’est de l’insurrection. Il ne peut pas se cacher sous le parti politique pour organiser l’insurrection. Quand on va l’arrêter, il va crier qu’on en veut à sa personne. S’il n’a pas de proposition, qu’il se taise ! Quand il était aux élections, il y’avait les problèmes dans le NOSO« , a réagi l’avocat sur les antennes de la radio Dinamo Fm.

Jean Martinien DURANTE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Play
Play
Play
Play
Play
Play
Play
previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This